Covid-19 : “3 doses de vaccin offrent une protection suffisante contre la variante Omicron”

Le fabricant américain de médicaments Pfizer a annoncé que des études de laboratoire préliminaires montrent que deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech pourraient ne pas fournir une protection suffisante contre la variante du coronavirus Omicron, mais trois doses sont capables de le neutraliser.

Dans un communiqué de presse publié le mercredi 8 décembre, Pfizer aux côtés de BioNtech a déclaré que les échantillons de personnes ayant reçu deux doses du vaccin Covid-19 ont vu, en moyenne, une réduction de plus de 25 fois de la capacité de neutralisation contre la variante Omicron que le virus précédent. , “indiquant que deux doses de BNT162b2 peuvent ne pas être suffisantes pour protéger contre l’infection par la variante Omicron”, ont déclaré les sociétés.

Les deux sociétés ont déclaré que deux doses peuvent toujours offrir une protection contre la maladie grave, mais qu’une troisième dose offre une très bonne protection contre la variante Omicron.

“Bien que deux doses du vaccin puissent toujours offrir une protection contre les maladies graves causées par la souche Omicron, il ressort clairement de ces données préliminaires que la protection est améliorée avec une troisième dose de notre vaccin”, a déclaré le président-directeur général de Pfizer, Albert Bourla, dans un communiqué.

« Veiller à ce que le plus de personnes possible soient complètement vaccinées avec les deux premières séries de doses et un rappel reste le meilleur plan d’action pour empêcher la propagation de COVID-19. »

Les premières études en laboratoire ont utilisé du sérum de sang de personnes ayant reçu deux ou trois doses du vaccin Pfizer/BioNTech Covid-19. Les sérums ont été collectés chez les sujets trois semaines après leur deuxième dose, ou un mois après une troisième dose.

Pfizer et BioNTech ont tous deux annoncé qu’ils poursuivaient le développement d’un vaccin spécifique à une variante pour Omicron et ont annoncé qu’il serait disponible d’ici mars, si nécessaire.

Les données publiées mercredi n’ont pas été évaluées par des pairs ni publiées.

Cela survient après que des chercheurs en Afrique du Sud ont publié mardi une étude de préimpression qui a montré que la variante du coronavirus Omicron échappe en partie à la protection offerte par le vaccin Pfizer

Similaires