Covid-19 : la « faute gravissime » de Macron avec sa stratégie de vaccination

Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, s’emmêlerait les pinceaux concernant sa stratégie de vaccination contre la Covid-19.

Le président ex-LR de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand a estimé qu’Emmanuel Macron avait commis « une faute gravissime » avec sa stratégie de vaccination qui « nous conduit inévitablement à l’échec ».

« Il devra s’en expliquer devant les Français », a affirmé le possible candidat de la droite à la présidentielle de 2022, dans une interview au journal Le Parisien. Car « un échec, cela signifie que nous, Français, ne seront pas protégés contre la Covid, avec une vie économique et sociale qui ne reprend pas ses droits et un déclassement insupportable », a-t-il ajouté.

Estimant que la vaccination doit être « la priorité nationale » avec « une campagne de promotion grand public », M. Bertrand a appelé l’exécutif à « faire toute la transparence » sur le nombre de vaccins disponibles.

« Nous ne pouvons pas revivre le même mensonge officiel que sur les masques, ce fiasco où la doctrine a été guidée par la pénurie », a-t-il affirmé.

Consentement oral et logisticiens privés

Pour accélérer le rythme, il a évoqué « un consentement oral, et non écrit » à la vaccination, ou encore l’idée de confier la logistique à « des logisticiens privés qui savent faire, un service de santé des armées ».

Mais « tout cela ne peut fonctionner qu’avec une profonde décentralisation et en travaillant avec les élus locaux », a-t-il ajouté, se disant lui-même prêt à ouvrir des centres de vaccination « dans nos espaces publics ou les lycées ».

Il faut aussi « bien sûr » acheter des doses en plus de celles commandées par l’Europe, a-t-il estimé, quitte à payer le vaccin plus cher : « la santé humaine n’a pas de prix », a affirmé M. Bertrand, qui aimerait « être sûr qu’on n’a pas mégoté sur les prix, ce qui expliquerait pourquoi nous ne sommes pas prioritaires pour les livraisons ».

Un « pilotage ultracentralisé »

Plaidant lui aussi pour changer « totalement l’approche », le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a appelé à « tous nous engager en faveur de la vaccination, avec une volonté politique de tous les élus, du président au maire de la plus petite commune ».

Fustigeant le « pilotage ultracentralisé » de la stratégie vaccinale, il a vanté dans Le Figaro « le modèle allemand d’une collaboration entre l’État et les régions ».

« Il faut confier aux régions et aux collectivités locales l’organisation des modalités logistiques de la campagne de vaccination de façon décentralisée », a martelé M. Wauquiez, dont le nom est aussi parfois évoqué pour 2022.

Avec Ouest France

Plus d'articles
Côte d’Ivoire / Manifestation contre le 3e mandat : un couvre-feu instauré dans le Centre-est du pays