Libéré sous conditions par la CPI, Laurent Gbagbo passe actuellement ses jours en Belgique en attente de l’issue d’un éventuel procès en appel devant la CPI.

A travers une requête déposée à la Cour Pénale Internationale, le gouvernement de la Côte d’Ivoire s’oppose à la levée des conditions imposées à l’ancien chef d’État ivoirien.



Lire aussi: Togo : la BAD recrute (29 octobre 2019)

Le gouvernement ivoirien souhaite formuler des « observations écrites » sur la requête déposée par l’équipe de Me Emmanuel Altit, avocat de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, visant à obtenir la levée de toutes les conditions liées à la libération de son client : « En application de l’article 86 du Statut de Rome, la République de Côte d’Ivoire entend faire valoir ses observations écrites sur les raisons qui l’amènent à proposer à la Chambre d’appel de confirmer la décision rendue le 1er février 2019 qui apparaissait en l’état de la procédure, sage et équilibrée», ont sollicité les avocats de l’État de Côte d’Ivoire.

Lire aussi: Drame dans le Bas-Mono : pour un problème foncier, un homme de 32 ans décapite son propre père

Le gouvernement ivoirien a clairement fait savoir qu’il n’est pas disposé à recevoir pour l’heure, l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo sur le sol ivoirien.

Pour rappel, Laurent Gbagbo que l’on soupçonne de vouloir se présenter lors de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, est poursuivi pour crime de guerre et crime contre l’humanité commis lors des violences post-électorales de 2011.

Source: beninwebtv