CPI – Mali : une première victoire pour Fatou Bensouda

La Cour Pénale internationale (CPI) a confirmé les charges de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité à l’encontre d’un djihadiste malien, rapporte Le Figaro.

Lire aussi : Togo : le président Faure Gnassingbé vole au secours de l’ex international Togolais Agbala Aregba

Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud est accusé d’avoir participé en 2012 et 2013 à la démolition de mausolées dans la ville malienne et d’être responsable de viols et d’esclavage sexuel commis dans le contexte de mariages forcés, précise la source.

En juillet, il a comparu devant les juges qui devaient décider s’il y avait suffisamment de preuves contre lui pour aller jusqu’au procès. «La chambre a conclu qu’il y a des motifs substantiels de croire que Al Hassan est responsable» des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dont il est accusé, a indiqué la CPI dans un communiqué.

Lire aussi : Togo/France : le président Faure Gnassingbé reçu par Emmanuel Macron ce lundi 30 septembre

Al Hassan, 40 ans, aurait été un membre du groupe djihadiste Ansar Eddine et commissaire de la police islamique à Tombouctou. Il faisait partie des groupes armés qui ont pris le contrôle de cette région reculée du nord du Mali en 2012 et «imposé leur vision de la religion, par la terreur», à une population locale qui a vécu un «calvaire imposé par un régime tyrannique», avait déclaré en juillet la procureure de la Cour, Fatou Bensouda.

Par ailleurs, les avocats de la défense clament toujours l’innocence de leur client. Pour le moment, aucune date n’a encore été fixée pour la tenue du procès.

Plus d'articles
ATELIER NATIONAL DE REFLEXION ET D’ECHANGES SUR LES REFORMES POLITIQUES ET INSTITUTIONNELLES