Sept mois après le crash d’un Boeing 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines, un de ses anciens employés pointe l’entreprise du doigt.

Son ancien ingénieur en chef a déposé une plainte contre Ethiopian Airlines le mois dernier devant la Federal Aviation Administration (FAA), l’autorité de régulation aérienne américaine. Yonas Yeshanew a compilé documents officiels et e-mails décrivant des manquements en tout genre : mécaniciens surmenés, employés sous-qualifiés ou pilotes épuisés.



Aviation : des pilotes de la compagnie texane Southwest Airlines portent plainte contre Boeing

L’ingénieur a demandé à la direction de mettre un terme à une pratique dangereuse qui consistait à laisser des avions voler après des réparations et des travaux de maintenance incomplets, incorrects, voire non effectués.

Centre de détention secret

Le crash du 737 Max d’Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts en mars au sud d’Addis-Abeba, a cloué au sol 400 appareils et mis le concepteur Boeing sur la sellette. Mais Yonas Yeshanew affirme qu’au lendemain du drame, la direction d’Ethiopian Airlines a ordonné la falsification de rapports afin que l’entreprise ne soit pas mise en cause.

Lire aussi : Entretien téléphonique : 5 conseils pour réussir par la voix

Il prétend même que la compagnie possède un centre de détention secret où elle interroge, intimide et maltraite les employés rebelles. L’ancien ingénieur y a lui-même été malmené en juillet. Quatre jours après, il a fui aux États-Unis pour y demander asile.

L’agence Associated Pressa interrogé plusieurs ex-employés qui ont confirmé au moins en partie cette liste d’accusations. Mais la compagnie aérienne nie en bloc et dénonce la vengeance d’un employé mécontent. Elle ajoute que Yonas Yeshanew a été licencié à cause de faiblesses dans son management, de problèmes de discipline et d’un manque d’intégrité.

 

Avec RFI