in ,

Crash d’un avion-cargo de l’ONU en Somalie, des ânes accusés

Un avion-cargo n’a pas pu se poser correctement sur la piste de l’aéroport de Beledweyne, en Somalie, rapporte le média Kenyans.co.ke. La cause principale de l’accident est à chercher du côté d’un troupeau d’ânes, qui broutaient en bordure de piste.

RDC : crash d’un avion à son décollage ce dimanche 24 novembre

Alors que l’appareil s’apprêtait à atterrir, un des animaux, effrayé, a en effet traversé la piste. Le pilote a tenté de rectifier sa trajectoire mais n’a pu éviter l’âne qu’il a finalement heurté.

L’avion s’est écrasé sur des tas de sables en bordure de piste. Les trois membres d’équipages se trouvant à bord ont pu être extraits de l’appareil. Ils souffrent de blessures mineures et ont été transportés dans un hôpital de campagne local.

Cette nouvelle montre de Mbappé rend fou Griezmann et les joueurs du PSG

«L’avion venait de Djibouti plus tôt ce matin et à l’atterrissage un âne a traversé la piste, ils ont percuté l’âne et ont été projetés dans une tranchée sur le côté de la piste mais l’équipage va parfaitement bien», a expliqué à Kenyans.co.ke le capitaine Hussein Mohamed, directeur général de la compagnie possédant l’avion.

Transport d’aide humanitaire

L’appareil de type Dash 8 appartenait à Bluebird Aviation, un transporteur régional kényan. Il avait été affrété par l’Onu pour transporter des denrées et autres éléments d’aide humanitaire, notamment à destination de l’Amisom (Mission de l’Union africaine en Somalie).

Un pilote sort par la fenêtre du cockpit en apprenant la possible présence du coronavirus à bord (vidéo)

Plusieurs autres avions kényans ont été victimes d’accident en Somalie ces derniers mois. L’un d’eux s’est écrasé près de la ville de Bardale, faisant six victimes. Un autre a été abattu par des forces armées non identifiées dans  la région de Bay, le 25 mai.


Avec Sputnik



Saham Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet aliment réveille aussi bien que le café

Drake : Pourquoi il peut « détruire » l’industrie musicale s’il devient indépendant