in

Danemark : le trésor d’un ancien roi découvert dans la mer Baltique

Dans un article publié dans la revue Journal of Archaeological Science Reports, des chercheurs ont annoncé avoir découvert un des trésors cachés par les naufrages de navires.

Ces scientifiques ont retrouvé les restes d’un esturgeon atlantique de deux mètres dans l’épave du Gribshunden, un bateau danois qui a coulé en 1495 dans la mer Baltique. Ce poisson, conservé dans un tonneau en bois, était un cadeau du roi Hans du Danemark à destination de son homologue suédois.

Israël : des pièces d’or vieilles de 1000 ans découvertes (photo)

 

Ce spécimen d’esturgeon possède une valeur scientifique inestimable, car il est dérivé de l’esturgeon atlantique, qui a disparu de la mer Baltique et se trouve aujourd’hui sur les côtes atlantiques du Canada et des États-Unis. 

Ce poisson était très prisé au XVe siècle pour ses œufs, sa peau et sa vessie. Ce trésor possède, en outre, une importance historique : il faisait partie des biens les plus précieux qu’avait pu réunir la couronne du Danemark pour se rendre au royaume de Suède.

Allemagne : un sanglier surprend des baigneurs en surgissant de la mer Baltique (vidéo)

 

Le roi Hans avait entrepris ce voyage pour ravir le trône du régent Sten Sture le Vieil. « L’esturgeon de la réserve du roi était un outil de propagande, comme le navire entier », indique un des auteurs de l’étude.

Belgique / Mesures de quarantaine : une exception pour les sportifs de haut niveau

Le Gribshunden, navire qui transportait la grandiloquente cargaison, n’est toutefois jamais arrivé à bon port. Le vaisseau-amiral a coulé à la suite d’un incendie au large de la ville suédoise de Ronneby. Et le roi Hans avait échappé de peu à la mort, puisqu’il ne se trouvait pas à bord au moment de la catastrophe. 




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les créateurs de Game of Thrones ont une autre série en tête pour Netflix

Voyage en avion : voici ce qu’il ne faut pas faire avec sa carte d’embarquement