De  nouveaux garde-fous pour l’enseignement supérieur au TogoLe Togo depuis quelques années s’est engagé dans des reformes de l’enseignement supérieur en vue de sa restructuration tant sur les plans de la gouvernance, de la pédagogie que de la recherche.

Pour rendre cohérentes toutes ces actions, une rencontre de deux jours réunit les acteurs de l’enseignement supérieur depuis ce jeudi 30 juillet à Lomé pour l’adoption d’un document de loi afin de donner un cadre juridique à toutes ces actions.



Ce document composé de quatre titres et 132 articles est une concrétisation d’une des recommandations émises lors du conseil présidentiel sur l’avenir de l’enseignement supérieur au Togo tenu à Lomé en novembre 2013. A terme, il sera un outil validé et exécuté comme loi de l’Etat.

Pour le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Octave N. Broohm, « La loi a pour vocation d’encadrer en particulier l’enseignement supérieur public comme privé. La recherche scientifique et technique, l’innovation et les instances de gouvernance ont besoin de ce cadre juridique. »

L’atelier a reçu l’appui technico-financier du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC).

Pour Jules Petit de La Villon, Conseiller à la SCAC, « La France appuie l’enseignement supérieur sur l’aspect gouvernance, l’organisation, la structuration de la recherche et de l’enseignement supérieur et son devenir. Il s’agit de faire en sorte qu’il y ait adéquation entre l’enseignement supérieur et la société dans laquelle l’université se retrouve, le contexte économique local et mondial. »

Cet atelier fait suite à celui à l’intention des responsables des universités publiques sur la gouvernance qui a pris fin le mercredi.