in

Décès de Juliette Gréco : l’hommage d’Emmanuel Macron à la chanteuse

Hier mercredi, sur Twitter, Emmanuel Macron a rendu hommage à Juliette Gréco, cette icône de la chanson française, née en 1927 à Montpellier et décédée le 23 septembre 2020 à l’âge de 93 ans.

“Elle était l’élégance et la liberté. Juliette Gréco a rejoint Brel, Ferré, Brassens, Aznavour et tous ceux qu’elle interpréta au Panthéon de la chanson française”, écrit-il. “Son visage et sa voix continueront à accompagner nos vies. La ‘muse de Saint-Germain-des-Prés’ est immortelle.

Devenue petit rat à l’Opéra Garnier à 13 ans, Juliette Gréco a été emprisonnée à la maison d’arrêt de Fresnes pendant la guerre, en 1940, d’où elle est ressortie libre deux ans plus tard et a entamé sa carrière. 

France : l’icône de la chanson Juliette Gréco est morte

Au sortir de la guerre, elle découvre la vie de Saint-Germain-des-Prés et s’y lie d’amitié avec Boris Vian, Jean-Paul Sartre ou Joseph Kosma. Son premier disque, “Je suis comme je suis”, enregistré en 1951, cette artiste multiple devient une figure des cabarets parisiens, elle rencontre également le succès au cinéma et à la télévision, rapporte Bfmtv.

Après avoir tour à tour été récompensée d’une Victoire de la musique pour l’ensemble de sa carrière en 2007, puis décorée de la Légion d’honneur en 2012, Juliette Gréco a entamé une tournée d’adieu baptisée Merci en 2015, mais elle a dû l’annuler à cause d’un AVC. 

Ses titres inoubliables écrits par certains des plus grands musiciens de la chanson française notamment “La Javanaise” de Serge Gainsbourg, “Jolie Môme” de Léo Ferré, “Je hais les dimanches” – un texte signé Charles Aznavour – ou encore “Les Feuilles mortes”, poème de Jacques Prévert mis en musique par Joseph Kosma, bercerons encore longtemps les mémoires.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Togo / BEPC 2020 : les résultats consultables ; voici les numéros

PSG : cette décision qui fait trembler