Dédommagement historique : Monsanto condamnée à payer 250 millions d’euros à un jardinier victime de l’herbicide Roundup

Dewayne Johnson, un Américain atteint d’un cancer causé par l’herbicide Roundup, a obtenu un dédommagement historique de la part de Monsanto. Un tribunal franciscanais a condamné le géant de l’agrochimie à lui verser plus de 250 millions d’euros.

Dewayne Johnson

Après plus d’un mois de débats, un tribunal de San Francisco a condamné ce 10 août l’entreprise américaine Monsanto – récemment rachetée par Bayer – à verser plus de 250 millions d’euros de dédommagement à un usager de son herbicide controversé Roundup.

Dans ce procès historique – le premier à concerner le caractère possiblement cancérigène des produits au glyphosate de Monsanto – les jurés ont délibéré pendant deux jours. Le géant de l’agrochimie a été reconnu responsable ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup, à l’origine du cancer de Dewayne Johnson, un jardinier américain de 46 ans.

L’homme, qui réclamait plus de 350 millions d’euros, a abondamment utilisé le désherbant Roundup et sa version professionnelle plus puissante, le RangerPro, entre 2012 et 2014, année où il a été diagnostiqué d’un lymphome non hodgkinien, un cancer incurable du système lymphatique.

Je suis content de pouvoir aider une cause qui me dépasse largement. Et j’espère que cette décision commencera à lui apporter l’attention dont elle a besoin, a déclaré M. Johnson.

Monsanto va faire appel de la décision

Ce dossier est le premier autour du glyphosate à arriver devant un tribunal américain car la loi californienne oblige la justice à organiser un procès avant le décès du plaignant. L’entreprise Monsanto a  réitéré l’idée selon laquelle le glyphosate, principe actif du Roundup, ne cause pas le cancer et n’est pas responsable de la maladie du jardinier.

« La décision d’aujourd’hui ne change pas le fait que 800 études scientifiques et les conclusions de l’agence américaine de la protection de l’environnement, des instituts nationaux pour la santé et des autres autorités de régulation à travers le monde soutiennent que le glyphosate ne cause pas de cancer et n’a pas causé le cancer de Dewayne Johnson», a précisé la firme, qui a annoncé son intention de faire appel de la condamnation.

Plus d'articles
Nouveau confinement en Angleterre : un nouvel arrêt pour la Premier League ?