Depuis La Haye, Blé Goudé déclare son ambition de devenir président de la Côte d’Ivoire

L’ancien ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo depuis La Haye s’est confié ce mercredi 5 juin à des confrères de la chaîne de télévision « France 24 ».

Première interview depuis sa mise en liberté conditionnelle le 1er février dernier, Charles Blé Goudé, sans langue de bois a affirmé qu’il a bien l’impression qu’en Côte d’Ivoire l’on manque d’hommes d’État et qu’on ait seulement affaire à des hommes politiques qui ne pensent qu’à des élections.

Pour lui, la vie de la Côte d’Ivoire ne se limite pas aux élections et qu’il faut savoir lire la météo politique qui annonce des intempéries en Côte d’Ivoire.

Lire sur  Congo : jaloux, un prêtre refuse de donner la communion à un fidèle

« La vie de la Côte d’Ivoire ne se limite pas à des élections. Il faut savoir lire la météo politique qui annonce des intempéries en Côte d’Ivoire, les tensions inter communautaires nous interpellent. Je ne suis pas partisan d’un ivoiro-pessimisme. Il faut qu’on prenne cette responsabilité pour savoir qu’on est en mission pour le peuple », a-t-il déclaré.

Le leader du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) reste confiant qu’un jour, il regagnera la Côte d’Ivoire. Sur la question, il n’en doute pas, car selon lui, la prison lui a appris la patience.

« La Côte d’Ivoire est mon pays, je n’ai que la Côte d’Ivoire comme pays et si et seulement si c’est ma volonté qui comptait. Je suis dans une procédure qui n’est pas encore à terme, le jour où cette procédure sera finie, je rentrerai chez moi en Côte d’Ivoire, un jour, je rentrerai chez moi je n’en doute pas du tout. Ce que la prison nous a enseigné, c’est avant tout la patience, en prison, vous ne maîtrisez rien d’autre que vos émotions, vos désirs, vos envies, mais la prison n’est pas une perte de temps et toute cette situation que je vis, c’est du temps gagné. J’ai le temps de faire mes projets », a-t-il affirmé.

Depuis La Haye, Charles Blé Goudé qui se dit acteur principal de la vie politique en Côte d’Ivoire, veut participer au changement de son pays. Ne cachant pas son ambition de diriger un jour son pays, l’ancien leader de la galaxie patriotique affirme avoir une offre politique pour les Ivoiriens et compte travailler avec une équipe qui comprendra qu’il faut faire la politique autrement.

Lire aussi Sénégal : accusé de corruption, le petit frère de Macky Sall nie les faits

« Quand la crise ivoirienne a éclaté en 2002, j’avais 30 ans, au moment où je vous parle, j’ai 47 ans, je ne suis plus jeune. La Côte d’Ivoire elle-même a changé, la situation en Côte d’Ivoire a changé, les populations ont changé, je veux participer au changement de la Côte d’Ivoire, je veux participer au débat politique en Côte d’Ivoire en tant qu’acteur principal parce que sur les 25 millions d’ivoiriens si j’ai été celui qui est venu à la Haye aux côtés de Laurent Gbagbo, cela veut dire que je suis un acteur principal. J’ai un projet sur l’avenir de ma nation et pendant que je n’y suis pas, je ferai de la politique en tant qu’acteur principal. J’ai des ambitions pour un jour diriger mon pays avec une équipe qui comprendra ou qui aura compris qu’il faut faire la politique autrement en Côte d’Ivoire. Nous avons une offre politique pour la Côte d’Ivoire. Aucune ambition politique n’est au-dessus de la vie de la Côte d’Ivoire et tous ceux qui y vivent », a-t-il martelé.

Plus d'articles
Mamoudou Gassama victime de harcèlement depuis sa régularisation