Tanko Timati

La police libérienne a formellement inculpé Charles Sirleaf, ancien directeur adjoint de la Banque centrale ainsi que d’autres responsables de l’institution monétaire dont l’ancien gouverneur, Milton Weeks, de plusieurs chefs d’accusation.

Selon l’acte d’accusation consulté par l’agence de presse Associated Press, ces responsables parmi les plus influents du Liberia sont notamment accusés de “sabotage économique”, “d’utilisation abusive de fonds publics”, ou encore de “conspiration criminelle”, la police libérienne ayant par ailleurs ouvert une enquête sur le décès d’un responsable de la Banque centrale.

Lire aussi : KPMG Togo recrute

Les trois hommes avaient été placés en garde à vue jeudi après la publication d’un audit indépendant révélant les méthodes “peu orthodoxes” de la Banque centrale et de nombreux dysfonctionnements internes.

Le document de 68 pages, contient une seule bonne nouvelle pour les finances du pays : non, un conteneur rempli de 15 milliards de dollars libériens (102 millions de dollars américains, 89 millions d’euros) imprimés à l‘étranger n’a pas disparu entre son arrivée sur le territoire et les coffres de la Banque centrale, contrairement à ce qu’affirmait une rumeur, à l’origine de l’enquête.

Lire aussi : Hansen Korbwaren entend professionnaliser le secteur de la vannerie au Togo

La polémique est née mi-2018 de déclarations du ministre de l’Information, Lenn Eugene Nagbe, indiquant que la nouvelle administration n’avait pas été informée de l’arrivée de ces billets par l’ancienne présidente Sirleaf.

L’enquête ouverte avec le concours du gouvernement américain a finalement permis de faire la clarté sur cette affaire rocambolesque. Reste à situer les responsabilités.