Des hackers exigent une rançon après la cyber-attaque d’un laboratoire d’Anvers

Des pirates informatiques ont pris pour cible lundi le laboratoire médical de HobokenHet Algemeen Medisch Laboratorium (AML), qui effectue quelque 3.000 tests corona par jour, ce qui représente environ 5% de la capacité totale d’analyse belge. 

«Après une analyse approfondie par nos équipes de sécurité, il a été décidé de déconnecter le réseau de manière préventive», explique Maarten Vanheusden, responsable informatique. «Cela nous permet de voir étape par étape et précisément ce qui a été infecté.»

La cyber-attaque a paralysé tous les ordinateurs du laboratoire. Les hackers exigent une «rançon» pour libérer le réseau, rapporte mardi Het Gazet van Antwerpen. «Pour l’instant, il semble qu’aucune donnée sur les patients n’ait été volée. Nous n’avons pas non plus la moindre idée d’où vient ce piratage.»

Décidé à ne pas céder à l’injonction des pirates, le laboratoire a déposé une plainte auprès du parquet d’Anvers. D’après Metrotime, l’unité de lutte contre la criminalité informatique (Computer Crime Unit) de la police fédérale poursuit son enquête. Le réseau du laboratoire est toujours hors-ligne pour le moment.

Similaires