in

Des logiciels “espions” pour surveiller les travailleurs à domicile

Selon l’enquête du cabinet de consultance ISG, publiée en juin dernier, la vente de logiciels de contrôle à distance a augmenté de “plus de 500 %” depuis le début de la pandémie. La cybersurveillance généralisée ne serait donc pas qu’une simple invention des salariés. 

Ces logiciels permettent de collecter beaucoup d’informations. L’un des plus sophistiqués, “Hubstaff”, peut ainsi prendre une “capture d’écran de l’ordinateur du salarié toutes les cinq minutes”, ou suivre les données GPS des téléphones des employés ciblés. 

Un autre, plus intrusif encore, CleverControl promet carrément sur sa page d’accueil “d’augmenter la productivité et la détection des fainéants”. Il peut enregistrer les frappes et les clics de souris du télétravailleur, les sites visités, la durée de ces visites, les conversations des employés par l’intermédiaire du micro de l’ordinateur professionnel, et même prendre des photos via la webcam. Tout cela pour vérifier que le préposé occupe bel et bien son poste et produit un rendement efficace. 

En revanche, la messagerie Slack permet de mesurer les “échanges entre collègues et leur activité sur la plateforme” et de conserver “des statistiques précises” sur son utilisation. Slack, en outre, “ne supprime aucun message” mais, pire, autorise les administrateurs “Plus” à consulter les données “sur tous les canaux”, dont “les messages directs entre collègues”, et à les exporter si nécessaire… 




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Melania Trump « dégoûtée » par son mari ? Ces révélations fracassantes

Covid-19 / Olivier Véran : “1 million de Français” seraient porteurs du virus