A spice seller fills a bucket at the market in Abidjan April 2, 2008 Ivory Coast slashed taxes on key food imports on Tuesday, bowing to protests over rising prices by housewives and youths in which residents said one young man was killed. REUTERS/Luc Gnago (IVORY COAST) - RTR1Z157

Selon les données statistiques, l’économie informelle occupe plus de 80 % de la population active et contribue à plus de 40 % du PIB national.

Ainsi les centrales syndicales et les syndicats affiliés de l’économie informelle échangent, depuis ce jeudi 8 décembre 2016 en atelier de validation du rapport d’étude sur la situation de l’économie informelle au Togo et sur les stratégies à mener pour la formalisation dudit secteur.

Le présent atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Emploi décent et intégration de marché de travail en Afrique ». Ce document permettra de mettre en œuvre des programmes à l’intention des travailleurs du secteur informel afin de trouver un appui technique et financier pour faciliter l’accès aux micro-crédits et leur assurer une formation professionnelle afin d’améliorer leur condition de travail.

« Nous voulons améliorer les conditions de travail des jeunes ou des personnes qui sont leurs propres employeurs c’est-à-dire les tailleurs, les coiffeurs, les mécaniciens, etc., qui n’ont pas accès aux crédits et aux micro-crédits n’ayant pas de bonnes conditions de travail », a dit Liliane Napoe, Directrice du Conseil syndical danois pour la coopération internationale au développement.

Au cours de cet atelier, des recommandations et plaidoyers ont été formulés à l’endroit du Gouvernement et des pays partenaires pour la mise en place de la sécurité sociale au profit des travailleurs et travailleuses du secteur informel.

Angliciste de formation, je me nomme Yao Bernard Adzorgenu. Passionné par l’écriture, je suis reporter et rédacteur chez L-frii. J’ai à mon actif des œuvres poétiques et remporté des compétitions nationales de poésie.