in ,

Des scientifiques ont créé un steak à partir de cellules humaines

Aux États-Unis, des scientifiques ont créé un steak de viande à partir de cellules humaines, que chaque personne pourrait créer seule chez elle. Ce projet s’appelle The Ouroboros Steak, en référence au symbole égyptien qui représente un serpent se mordant la queue. Des prototypes de ce projet sont actuellement exposés au Design Museum de Londres, à l’occasion de la remise de prix du « Beazley Designs of the Year ».

Cette viande humaine a été fabriquée pour répondre aux diverses critiques formulées à l’encontre de l’industrie de la viande cultivée. En effet, celle-ci utiliserait parfois du sérum de veau fœtal (SVF), un liquide obtenu à partir du sang du fœtus de la vache. Une pratique jugée paradoxale, la viande synthétique ayant pour but d’éradiquer la souffrance animale et d’être meilleure pour l’environnement.

Andrew Pelling, scientifique et créateur du Ouroboros Steak, explique d’ailleurs dans une interview que le sérum de veau fœtal coûte extrêmement cher (son prix pouvant atteindre plus de 700 euros par litre) et qu’il va à l’encontre du bien-être des animaux. Certaines entreprises produisant de la viande in vitro affirment toutefois avoir à présent résolu ce problème, et ne pas utiliser de sérum de veau fœtal.

Afin de cultiver leur propre Ouroboros Steak, les clients recevront un kit complet. Tout d’abord, il faudra recueillir des cellules issues de leurs propres joues, puis suivre les instructions fournies pour que les cellules se développent. Nourries notamment par du sérum de sang humain expiré, elles devront être conservées au chaud pendant trois mois avant d’être prêtes à la consommation.

Le site internet qui promeut ce produit, qui n’est pas encore en vente, explique la démarche qui a poussé les scientifiques à élaborer un steak fait à partir de cellules humaines. En achetant cette marchandise, les consommateurs et les consommatrices pourront être assurées de l’origine de leur nourriture, de la façon dont leur steak a été élevé, et être certaines que les cellules ont été acquises de façon éthique.

Une question se pose alors: l’Ouroboros Steak célèbre-t-il le cannibalisme ? D’après Grace Knight, une designer qui a participé au projet, il ne s’agit pas légalement de cannibalisme. De plus, l’utilisation de sang humain expiré, qui provient de donneurs et de donneuses et qui finit souvent parmi les déchets, s’avérerait être plus saine et plus économique que celle de sérum de veau fœtal. Elle reste toutefois moins tolérée dans nos sociétés.

À ce jour, l’Ouroboros Steak est une œuvre d’art de la taille d’un amuse-bouche. Bien que comestible, cette viande n’a pas encore été approuvée à la vente.

Avec Slate.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Trump qui refuse de démissionner : La Constitution américaine n’a pas prévu ce scénario

Mali : la méfiance s’installe entre les acteurs politiques