in

Des Wolofs de la Mauritanie protestent contre leur absence dans gouvernement

« Nous tenons à informer l’opinion publique nationale au nom de toute la communauté Wolof de Mauritanie de l’indignation générale de notre communauté face à l’absence totale de ministres Wolofs dans le nouveau gouvernement de la République Islamique de Mauritanie » ont écrit des représentants de cette communauté dans une déclaration ce samedi. Cette déclaration fait référence au premier gouvernement d’après-élection présidentielle du 22 juin en Mauritanie.

Lire aussi Premier League : Manchester City démarre en humiliant West Ham

Les rédacteurs de la déclaration constatent que « toutes les autres communautés mauritaniennes sont représentées dans ce gouvernement. » Il s’agit des Arabes, soninké et peul. Ces rédacteurs rappellent aussi « qu’une campagne sans précédent avait été menée par des Mauritaniens patriotes membres de la communauté wolof pour l’élection au premier tour du président de la République, Mohamed Cheikh Ghazouani. »

« La communauté Wolof de Mauritanie ne manque pas des cadres diplômés et ne manque non plus de responsables politiques », indiquent les rédacteurs de la déclaration.

A l’adresse du Chef de l’Etat, ils écrivent : « Nous voudrions rappeler que Monsieur le Président de la République, Son excellence Mohamed Cheikh Ould Ghazouani a promis lors de sa déclaration de candidature, puis lors de sa cérémonie d’investiture qu’il veillerait à ce que toutes les communautés du pays se sentent chez eux et qu’il travaillerait à renforcer l’unité nationale. Nous constatons que hélas cette unité nationale est en train de se construire sans notre communauté. »

Lire aussi Côte d’Ivoire : Guillaume Soro annonce son grand retour à Abidjan

Cette impasse sur les Wolofs dans les gouvernements n’a pas commencé avec l’élection de Ould GFhazouani.

Les rédacteurs signalent « qu’à l’exception de deux années pendant le règne de son Excellence Sidi Ould Cheikh Abdallah, notre communauté n’a jamais eu de ministres depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, alors que toutes les autres communautés ont toujours été représentées dans tous les différents gouvernements qui se sont succédé au fil des années. »

Ils demandent « au président de la République et à son Premier ministre d’entreprendre les mesures nécessaires afin de revoir cette situation le plutôt possible. »

Avec Afriactuel

Togo / Fête de la Tabaski: les vœux du Président Faure Gnassingbé aux fidèles musulmans

Concours d’entrée, ENFS, candidats, Bac 2, Brevet d’études du premier cycle, Bepc, Tchabinandi Kolani-Yentcharé, George Aïdam,

Togo – Concours d’entrée à l’ENS d’Atakpamé : les candidatures sont ouvertes