Tanko Timati

Un conseil : revoyez vos bases de grammaire et priez pour tomber sur le bon juge. Qui sait, ça vous évitera peut-être d’aller en prison si vous êtes arrêté pour trafic de stupéfiants.

Image d’illustration

Prenons ce cas comme exemple : deux étudiants qui dealaient de la drogue ont échappé à la prison car un juge s’est dit impressionné par leur orthographe et leur grammaire après avoir lu les SMS qu’ils envoyaient à leurs clients. Le juge David Hale a souligné que la « grammaire et la ponctuation [des dealers] étaient parfaites » et témoignaient d’un niveau d’éducation plus élevé que celui généralement observé chez les dealers de la région.

En décembre 2017, Luke Rance, 19 ans, et Brandon Kerrison, 21 ans, avaient été arrêtés pour trafic de stupéfiants dans la ville de Swansea, au Pays de Galles. Rance était en possession de sept sachets de cannabis et d’une petite quantité de cocaïne ; Kerrison de deux sachets de cannabis. La police a ensuite fouillé les domiciles des deux hommes et trouvé plus de 1 300 euros de marchandise dans la chambre de Rance.

La Cour de la Couronne de Swansea a écouté les messages téléphoniques de Kerrison dans lesquels il négociait des transactions et a lu, entre autres, un SMS qu’il avait envoyé à 18 contacts le jour de son arrestation : « D’incroyables saveurs à partir de ce soir – contactez-moi pour plus de détails ».

Kerrison suit une formation d’ingénieur en construction à Swansea. Rance, qui a joué dans des productions théâtrales comme Les Misérables et Grease, a commencé un diplôme en arts de la scène en septembre dernier au Gower College de Swansea.

Le juge Hale a déclaré qu’il ne souhaitait pas « entraver les perspectives d’avenir » de l’un ou l’autre en les envoyant en prison. Quant à la question de savoir pourquoi des délinquants avec de bonnes perspectives sont traités avec plus d’indulgence que ceux qui n’en ont pas, c’est un autre problème. Mais le mercredi 2 janvier, Kerrison et Rance n’ont finalement été condamnés qu’à effectuer 100 heures de travail d’intérêt général et ont ainsi échappé à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 26 semaines. Ils avaient tous deux plaidé coupables de possession de cannabis (et de cocaïne dans le cas de Rance) avec intention de vente.

Pour finir, le juge les a mis en garde : « J’espère qu’aucun tribunal ne verra plus jamais l’un d’entre vous à l’avenir. »