Assigbe Kokouvi à gauche et Afanou Afi à droite, avec leur marchandise

Le couple Assigbe Kokouvi et Afanou Afi a été condamné à une peine d’emprisonnement de six (6) mois ferme et à payer une amende de 200 000 FCFA chacun pour capture, circulation et commercialisation illégale de soixante-six (66) bébés tortues et de cinq (05) carapaces de tortue marine, des espèces protégées.

Les deux individus ont été par ailleurs contraints à verser à titre de dommages et intérêts, une somme de 500 000 FCFA chacun au Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF). Le verdict a été rendu ce vendredi 17 octobre par la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Lomé.

C’est le 20 mars dernier que le couple a été arrêté alors qu’il tentait de vendre les soixante-six (66) bébés tortues marines et cinq (05) carapaces de tortues contenues dans un panier et un sac. Les produits saisis, les prévenus ont été conduits dans les locaux de la Police Judiciaire où un procès-verbal est établi contre eux conformément à la loi. Le même jour, ils sont mis en garde à vue. Le 22 mars, ils sont traduits devant le Procureur de la République qui décide de délivrer un mandat de dépôt contre eux et d’ouvrir une information judiciaire.

-- Publicité L-FRII --

Il en ressort que le couple agissait en connaissance de cause sachant que leur acte est interdit par la loi. Pourtant, il a déclaré, ne pas être au courant de la sensibilisation des pêcheurs sur la protection des tortues marines et demandé la clémence de la cour.

Le procureur de la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Lomé a expliqué que les faits sont constants et reconnu que le couple a été trempé dans ce trafic de carapaces de tortues marines et de petites tortues.

Le couple avait d’ailleurs l’habitude d’attraper les tortues marines pour les nourrir et les vendre. La preuve, il a eu l’ingéniosité d’adapter l’alimentation en fonction de l’âge des bébés tortues puisqu’il a su les conserver en vie jusqu’au moment de la vente.

Dans son réquisitoire, le ministère public est revenu sur les circonstances de l’arrestation du couple prévenu. Il s’est appuyé sur l’article 796 du Nouveau code pénal Togolais, et a demandé aux juges de reconnaitre la culpabilité des prévenus et de les condamner suivant la loi. «Quiconque fait circuler, vend, importe, exporte ou fait transiter les animaux sauvages, vivants, des trophées sans autorisation est puni d’une peine d’emprisonnement d’un (01) à six (06) mois et d’une amende de cent mille (100 000) à cinq cent mille (500 000) Francs CFA ou de l’une de ces deux peines.»

Contacts : [email protected], www.eagle-togo.org

Joël Dagba est rédacteur, reporter et photographe. Journaliste de formation ( Licence en Journalisme professionnel à ISICA-UL), c’est un passionné des questions d’entrepreneuriat et d’excellence (dans tous les sens du terme). Une passion qu’il a décidé de partager avec le public, en intégrant les rangs du média du jeune africain francophone L-frii. Joël Dagba est à L-frii depuis 2013.