Saham

La jeune étudiante, Diana Blé, récemment condamnée à un an de prison ferme par la justice ivoirienne qui lui reprochait d’avoir participé à la profanation de la tombe de Dj Arafat, a finalement été libérée après près de deux mois de détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), a appris Afrique-sur7 ce jour.

Togo : cette photo du président Faure Gnassingbé fait la une du web ce week-end !

GTA

Même si les raisons de cette libération surprise n’ont pas été dévoilées, force est de reconnaître que cette information a été accueillie avec beaucoup de joie sur les réseaux sociaux car, rappelons-le, son incarcération avait suscité une vive polémique.

Diana Blé avait été interpellée à l’instar d’une dizaine de personnes, pour s’expliquer relativement à un post dans lequel elle expliquait comment la tombe de Dj Arafat avait été profanée le 31 août dernier au cimetière de Williamsville. La jeune étudiante avait ensuite fait une vidéo pour expliquer qu’elle n’était pas l’auteure du texte qu’elle avait publié avant de présenter ses excuses à la nation ivoirienne et à la famille de Dj Arafat.

Orabank

Vol des affaires de DJ Arafat : ses 12 caméras ont tout filmé

Des explications auxquelles le tribunal n’a pas adhéré et a tout de même décidé de condamner cette charmante demoiselle. Cette condamnation a donc créé une vive polémique sur la toile. Et certaines personnes, à l’instar du chanteur reggae Serge Kassy, ont donné une raison politique à cette condamnation. ”Elle était très active sur les réseaux sociaux et elle était déjà ciblée depuis longtemps par Adou Richard et ses services. Cette affaire de copier coller n’est qu’un prétexte. Je préviens tous ceux qui sont actifs contre le régime sur la toile. Ils attendent une occasion pour mettre la main sur vous”, avait lâché Serge Kassy.

Orabank