Credit Photo : DR

DJ Arafat : Debordo résiste aux ‘chinois’ et livre les ‘tueurs’ du daïshikan

Debordo Leekunfa, dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook ce jeudi 3 octobre après midi, a fait de grosses révélations sur la vie de Dj Arafat. Il a affirmé que le Dashikan était persécuté par des individus qui en voulaient à sa vie et qu’il a été induit en erreur par son entourage, écrit nos confrères d’afrique-sur7.fr

”Quand Arafat disait qu’ils ont voulu me tuer, ne pensez pas que c’était Debordo. Arafat était pourchassé dans le spirituel et dans le physique par des jaloux parce qu’ils voyaient son aura. Arafat est quelqu’un de fragile mais à cause de la méchanceté des gens, il s’est mis dans la carapace d’un dur à cuir pour affronter ces aigris et il ne pouvait pas faire seul ce combat.

Il a essayé de tenir jusqu’à son dernier souffle. Et après, les gens l’ont induit en erreur. Les personnes qui étaient dans son entourage ont réussi à l’emballer. Ils l’ont mis dans des choses et ils lui ont fait croire que c’était sa protection. Et Dieu passait par nous pour lui dire la vérité. Et ses ennemis qui étaient à côté de lui, disaient que nous étions jaloux de lui (…) Dieu avait sa main sur lui mais l’ennemi a réussi à envoyer des anges diaboliques qu’on appelle entourage, et ils ont réussi”, a révélé Debordo Leekunfa qui est également revenu sur l’amitié qui le liait à Dj Arafat.

Lire aussi : Chirac et le surnom “10 minutes douche comprise” : une ancienne conquête dit tout

”Arafat était mon meilleur ami mais il y a juste eu une amitié qui a été brisée à cause de la bouche des gens. On s’est certes séparé mais l’amour était toujours là. Raison pour laquelle, quand il y a un son de Debordo, Arafat était obligé de clasher. Et quand il y a un son d’Arafat, Debordo était dans l’obligation de clasher parce que l’amour y était. Il y a eu des moments où nous nous sommes entendus pour lancer des buzzs mais nos relations n’étaient pas toujours au beau fixe”, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Debordo Leekunfa a précisé qu’il a rendu visite à la famille de son meilleur ami après son décès contrairement à ses détracteurs qui lui reprochent son absence durant les obsèques du Daishikan.

”Je suis allé voir Carmen Sama. J’ai rendu visite à Maman Tina. Elle et moi, nous avons prié ensemble. Mais vous voulez que je mette tout ça sur les réseaux sociaux. Mais ça ne va pas chez vous? C’est mon frère qui est mort. Donc je n’ai rien à prouver”, a-t-il rappelé.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
France : Éric Dupond-Moretti « fasciné » par les Marseillais