> >

Docteur BRICE DZIDZINYO José

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp
Bonjour très cher internaute-auditeurs des www.l-frii.comLa vue, un sens essentiel pour les apprenants : Comment en prendre soin ?
Tel est le thème sur lequel nous plancherons pour les 2 semaines à venir.
Pour cette première partie, nous sommes en compagnie du Docteur BRICE DZIDZINYO, médecin ophtalmologiste au CHU SYLVANUS OLYMPIO pour nous entretenir sur ce thème.

Docteur Bonjour !
Bonjour L-FRII.
D’entrée de jeu, quel environnement de lecture est propice pour l’apprenant afin de moins fatiguer ses yeux ?
Aujourd’hui, nous sommes à l’ère des nouvelles Technologies, et nous utilisons ces outils pour acquérir les connaissances par le biais des ordinateurs de bureau ou de poche, des tablettes et consoles. Ceci nous amène à utiliser beaucoup plus la vision de près pour la lecture.
En matière d’environnement pour la lecture, très simplement, il faut que la luminosité soit acceptable, c’est à dire un réglage adapté. Dans une salle ou bureau, il faut que la luminosité soit bonne.
Quel impact, les écrans ont sur la vue de l’apprenant ?
En matière d’impact, je dirai qu’un impact direct est à exclure. Il existe des impacts indirects.
Dans ce sens, il existe de 2 axes.
Le premier, l’écran peut avoir un impact sur la vue par rapport au temps consacré à la lecture. Plus le temps est long, plus l’œil va vous le faire comprendre.
Le deuxième c’est que si l’œil qui voit a un problème d’amétropie ou de vice de réfraction, et que vous l’utiliser pour la vision de près sur écran, l’œil va vous le faire savoir aussi.
Parlant de vice de réfraction, je veux parler d’hypermétropie, d’astigmatisme, ou de presbytie pour ceux qui ont plus de 40 ans.
Il faut donc corriger ce vice et donc l’utilisateur peut utiliser son écran sans crainte.
Que faire face à cette situation, vu que le 21ème siècle nous les impose ?
Tout, passe par l’informatique aujourd’hui. L’information est informatisée, et même les livres sont numérisés. Ceci nous amène à demander plus à l’œil. Ce sont de petits conseils que je donnerai.
On avait dit que plus le temps d’exposition est long, plus cela embête l’œil, comme conseil tout banale, c’est de prendre de petites pauses de 5 minutes pour éviter ce qu’on appelle la fatigue visuelle.
La fatigue visuelle est cette sensation de ne plus être performant sur le plan de la vision que intellectuellement. Elle apparait fréquemment quand il y a un vice de réfraction.
Par rapport au vice de réfraction, corriger cela s’il y a lieu.
Savoir cligner les yeux. En temps normal, la fréquence est de 12 à 20 fois par minutes. Ceci permet la lubrification de la surface de l’œil et le met à l’aise. Dans le cas contraire, l’œil s’assèche et donc entraine des picotements.
Et en fin, régler la luminosité de l’écran.
Devant quels symptômes doit-on se référer à un ophtalmologue ?
En matière de symptôme, nous les appelons les symptômes de la fatigue oculaire. Il ya une nuance entre la fatigue oculaire et la fatigue visuelle.
Comme symptômes de la fatigue oculaire, nous avons les yeux qui piquent ou qui irritent, une sensation d’œil qui est sec ou des picotements. Ceci est dû à une insuffisance de réflexe de sécrétion lacrymale entrainant l’assèchement de la cornée et donc ces désagréments.
Ce qu’il faut faire, c’est de savoir enlever les yeux de l’écran de temps en temps, de regarder au loin et de cligner les yeux. S’il s’agit de problème d’insuffisance de lubrification, utilisé de petits collyres ou des larmes artificielles en complément.
Docteur, quels conseils pratiques donneriez-vous aux freelearners pour protéger leur vue ?
D’abord, un exercice simple. Le matin au réveil devant un miroir, essayons de fermer chaque œil de façon alternative pour voir si je vois bien avec l’autre ouvert.. Cela permet des fois de révéler certains processus en cours car il y a des maladies qui évoluent de façon sournoise et qui ne se déclenchent qu’à un stade tardif.
Dans nos contextes, quand on est en déplacement à moto, savoir protéger les yeux contre la poussière, les insectes et corps étranger pour éviter qu’ils n’entrent dans nos yeux.
Savoir se débarbouiller quand on revient de l’école ou du boulot.
Pour les professionnels s’ils sont exposés aux risques de produits chimiques, ils faut qu’ils portent des lunettes de protection.
Docteur, votre mot de fin ?
Je dirai tout simplement que l’informatique est incontournable de nos jours mais sachons l’utiliser rationnellement pour ne pas fatiguer nos yeux. Comme on l’a dit, savoir prendre des pauses, cligner les yeux et régler la luminosité de nos écrans et de nos salles de travail.
Merci docteur et bonne journée à vous.

 

2021 © L-FRII MEDIA