Drame : des orpailleurs clandestins enterrés vivant en Côte d’Ivoire

Alors que le problème de l’orpaillage clandestin est revenu en surface, ces derniers mois, après la sortie du Président Henri Konan Bédié, un malheur vient de s’abattre sur des orpailleurs clandestins alors qu’ils s’affairaient à leur activité extractive.

Il ressort des faits qu’une mine d’or artisanale située à Niangbo, dans la Sous-Préfecture d’Arikokaha (région du Hambol) s’est effondrée, alors qu’une quinzaine de mineurs se trouvaient dans les profondeurs de la terre. Ces chercheurs d’or qui ont été ainsi enterrés vivant pour l’essentiel originaire du Mali et du Burkina Faso, des pays limitrophes de la Côte d’Ivoire.

Lire aussi RDC : accord sur un gouvernement conclu entre pro-Tshisekedi et pro-Kabila

Notons par ailleurs que cette mine située dans la localité dont est originaire un certain Justin Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo, est en plaine production, avec d’importantes quantités de métal jaune extraite par les orpailleurs.

Lire aussi La cathédrale Notre-Dame de Paris face à une nouvelle menace

C’est par ailleurs le lieu d’interpeller les autorités ivoiriennes sur les dangers de cette activité d’orpaillage clandestin qui, non seulement constitue un pillage des ressources minières du pays, mais surtout met en péril populations et orpailleurs des localités concernées.

Avec Afrique sur 7

Golden Tulip Ad

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Togo : que cache la visite de Santrinos Raphaël chez les Toofan ? (photo)