Du calme, le Sida n’est pas une fatalité

Le Sida n’est pas une fatalitéLe Togo comme le reste de la planète célèbre le 1er décembre prochain, la Journée mondiale de lutte contre le Sida.

Il s’agira de la  28e édition dont le thème au plan national est ‘Eliminons la transmission du Vih de la mère à l’enfant au Togo’. Le lancement officiel des activités se fera dans la ville d’Atakpamé (161km au nord de Lomé).

Le choix de ce thème n’est pas fortuit, puisque la prévention de cette transmission permet d’aboutir à la naissance d’enfants indemnes du Vih, même issus d’un couple dont les deux partenaires sont séropositifs, a souligné Dr Christian Mouala, Représentant de l’Onusida au Togo.

Pour le Professeur Vincent Pitché, Coordonnateur national au Conseil national de lutte contre le sida (Cnls), ‘il s’agit de marquer symboliquement un arrêt pour penser et marquer notre solidarité envers les personnes vivant avec le Vih, qui souffrent dans leur chair ou qui sont affectées ou décédées.’

Bien plus, a-t-il ajouté, c’est ‘une occasion également pour sensibiliser sur la problématique du Vih/Sida, et de diffuser des messages de prévention, et de la non fatalité de cette maladie’.

Plusieurs activités sont inscrites dans l’agenda de la célébration. Parmi ces activités, il urge de noter le lancement déjà ce dimanche 29 novembre d’une campagne de dépistage gratuit sur l’ensemble du territoire national, et ce jusqu’au 4 décembre prochain. 40.000 personnes au minimum pourront être dépistées au cours de la semaine.

Il faut noter que des études menées en 2014 font état d’une prévalence autour de 2,3% avec plus de 38.000 personnes vivant avec le Vih sous traitement d’antirétroviraux en juin 2015.

Plus d'articles
Meghan Markle et Harry : les Sussex furieux à cause des photos prises à leur insu