Edith DIOP

Pour elle, c’est un métier merveilleux à la portée de tous les jeunes. Pour faire de l’aviation il faut tout simplement avoir de la passion, c’est le secret.
Edith DIOP, Pilote à 21 ans est la PMP (Une personne, un modèle, un parcours) du mois de juin sur www.l-frii.com
Edith Diop, à 21 ans vous êtes pilote, Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours ?
Après mon baccalauréat série scientifique obtenu avec mention au lycée Blaise Pascal d’Abidjan, j’ai intégré l’Institut Aéronautique à Amaury de la Grange en France (IAAG) puis l’école de pilotage ‘EPAG). Dés 2007, j’ai été recrutée par la compagnie Nouvelle Air Ivoire d’abord au bureau d’études, puis en qualité d’Officier Pilote de Ligne sur Airbus 320 ou j’ai exercée jusqu’à la fermeture de la compagnie.
Vous êtes aujourd’hui Officier pilote de ligne Quels sentiments vous animent ?
C’est un sentiment de satisfaction et de très grande fierté qui m’anime en exerçant le métier dont j’ai toujours rêvé, ce d’autant plus que j’assure la relève de mon père trop tôt disparu, ancien Commandant de Bord à la multinationale Air Afrique.
Que retenez-vous de votre passage à la Société Nouvelle Air Ivoire ?
Air Ivoire est la compagnie qui m’a recrutée immédiatement malgré mon jeune âge et mon inexpérience. Les anciens pilotes d’Air Afrique m’ont tout de suite adoptée, parfaitement encadrée me faisant bénéficier de leur expérience et de leur expertise reconnue. C’est grâce à cette compagnie que j’ai pu faire mes premiers pas dans l’aviation civile et je lui en suis reconnaissante.
A 26 ans vous êtes un OPL à Sénégal Airlines comment êtes vous arrivé là ?
A la cessation des activités de la compagnie Nouvelle Air Ivoire en Mars 2011, le Sénégal a tout de suite fait appel à moi et j’ai saisi cette opportunité qui me permet de découvrir ma deuxième patrie.
Quel est votre secret pour vous faire une place dans le monde de l’aviation en tant que femme ?
Il n’y a pas de secret comme partout ailleurs, je m’impose par ma rigueur et mon professionnalisme.
Votre domaine de prédilection ce sont les compagnies aériennes – Quel regard portez-vous sur ce secteur d’activité ?
C’est un secteur d’activité aujourd’hui en plein essor notamment en asie et au Moyen Orient. Malheureusement les compagnies nationales d’Afrique de l’ouest ont de courtes durée de vie. J’espère que la nouvelle compagnie nationale fera exception et quelle nous permettra de participer à la relance de la Côte d’Ivoire dans la sous région et au-delà.
Quels sont vos projets professionnels ?
Le profil de carrière de tout pilote est d’aspirer à la fonction de commandant de Bord puis d’instructeur. J’espère que ce parcours sera le mien.
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes filles qui aspirent faire ce métier ?
C’est un métier merveilleux à la portée de tous les jeunes. Pour faire de l’aviation il faut tout simplement avoir de la passion, c’est le secret.
En dehors de votre fonction, quelles sont vos occupations préférées ou hobbies?
Les nombreux voyages inhérents à la profession accordent cependant quelques moments de liberté. Je consacre ce temps à ma famille et à mes amis. Je fais également du sport dés que possible, de la peinture de temps à autre et j’accorde également du temps aux fleurs, ma nouvelle passion.
Plus d'articles
Bénin : DJ Couclick reçoit l’appui du Gouvernement Talon