in

Elizabeth II : un accident vestimentaire a bien failli gâcher sa messe de Noël 

À l’approche de la messe de Noël à Sandringham, l’inquiétude régnait à Buckingham suite à l’implication du prince Andrew dans le scandale Jeffrey Epstein. Mais finalement, ce ne sont pas les déboires du fils préféré de Son Altesse qui ont nui au rendez-vous traditionnel de la famille royale britannique.

Togo / Prince Mo à Zébé : un concert caritatif pour sauver l’artiste

Ce samedi 28 décembre, The Express révèle que ce fut, en réalité, une erreur vestimentaire plutôt cocasse qui a mouvementé la matinée du mercredi 25 décembre.

Pour ce rendez-vous qu’elle ne rate jamais, Sa Majesté Elizabeth II avait misé sur une tenue festive et rouge, conformément à son amour pour les couleurs vives. De son côté, la duchesse Camilla Parker Bowles a tenu à respecter le code vestimentaire qui lui était imposé et a choisi une tenue violette, pour rester en accord avec le coloris des vêtements de Son Altesse.

Seul hic ? La princesse Anne, fille de la reine Elizabeth II, avait craqué pour la même couleur.

Les deux femmes étaient vêtues de manteaux et de chapeaux similaires mais semblaient également avoir choisi la même paire de bottes noires pour la messe de Sandringham. Toujours d’après The Express, la princesse Anne s’était alors contentée de regarder la femme du prince Charles de haut en bas avant de s’amuser de cette coïncidence.

Entretien téléphonique : 5 conseils pour réussir par la voix

Un incident qui a failli passer inaperçu. En raison, la présence du prince George et de la princesse Charlotte. Les deux enfants ont fait une apparition très remarquée le 25 décembre en compagnie de leurs parents, Kate Middleton et le prince William. Seul leur frère cadet, le prince Louis, ne figurait pas à leurs côtés.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

« Situation d’urgence climatique » : l’Antarctique a perdu 15% de ses glaces en une seule journée

A partir de 2020, il ne faut plus dire Hollande pour parler des Pays-Bas … voici les raisons

A partir de 2020, il ne faut plus dire ‘Hollande’ pour parler des Pays-Bas … voici les raisons