Blessing Edet, 27 ans, traduite devant la Cour des infractions spéciales d’Ikeja pour le meurtre d’Edet Ebong, son fiancé de 33 ans, lors d’une bagarre qui a suivi le refus de porter la bague de fiançailles qu’il lui avait donnée, a été condamnée 10 année de prison.

New Telegraph a annoncé qu’Edet avait été condamnée pour meurtre involontaire après avoir été traduite devant le juge Oluwatoyin Taiwo pour l’infraction commise le 18 août 2015 dans son appartement de Lekki, dans l’État de Lagos.



Donnant son récit de l’incident au tribunal le 7 février, elle a déclaré que le défunt voulait qu’ »ll » fasse la cuisine pour lui avant minuit, mais elle a refusé car elle était fatiguée.

«En apprenant que j’étais fatigué, il est allé dans la cuisine et a vu la bague de fiançailles qu’il m’avait donnée à côté du poêle. Il s’est fâché et a demandé pourquoi je ne portais pas la bague.

«Il a brisé un miroir et en a utilisé une partie pour me poignarder. Je saignais et je criais vers les voisins pour obtenir de l’aide», a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Un tribunal estime à plus de 4 millions FCFA le prix d’un testicule

Edet a déclaré qu’elle avait poignardé Ebong à l’abdomen avec un couteau de cuisine pendant le combat. Dans son jugement, la juge Taiwo a déclaré:

«En poignardant la victime dans la partie inférieure de son abdomen, elle n’avait pas l’intention de causer un préjudice grave à l’accusé. Le défendeur a établi les facteurs nécessaires pour prouver la légitime défense.

«Je trouve que la défenderesse a agi en légitime défense puisqu’elle a été victime de voies de fait sans provocation. La défenderesse n’est pas coupable de meurtre mais je la déclare coupable de l’homicide involontaire coupable d’Edet Ebong.

«L’article 227 de la loi pénale de l’État de Lagos prévoit l’emprisonnement à vie pour le délit d’homicide involontaire coupable. Il s’agit clairement d’un cas d’imprudence de la part du défunt et du défendeur.

«Je condamne l’accusé à 10 ans d’emprisonnement sans possibilité d’amende. La peine entrera en vigueur à partir du mois d’août 2015, date à laquelle elle est en détention. “