Un léger accrochage a eu lieu ce mercredi près de la basilique Sainte-Anne à Jérusalem entre un membre des forces de sécurité israéliennes et des membres du groupe de sécurité d’Emmanuel Macron. Ceci, quelques heures avant la visite prévue du président français sur le site.


Colère de la CPI après le déménagement non autorisé de Laurent Gbagbo !

Les deux camps en sont même venus aux mains à l’entrée du monument. Sur une vidéo relayée sur les réseaux sociaux par une journaliste du Parisien, on peut voir le président de la République s’énerver contre la police israélienne.

Un membre des forces de sécurité israéliennes est, dans un premier temps, entré dans la basilique, propriété de la France, puis en est ressorti. Lorsqu’il a tenté d’y entrer à nouveau, il en a été expulsé par des membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), ont indiqué plusieurs journalistes présents.

« Everybody know the rules. I don’t like what you did in front of me. Go outside. I’m sorry. You know the rules. Nobody has to provoke nobody » (“Tout le monde connaît les règles. Je n’aime pas ce que vous avez fait devant moi. Allez dehors. Je suis désolé. Vous connaissez les règles”), a crié Emmanuel Macron au policier israélien planté devant lui dans l’entrée de l’église.

L’Allemagne refuse de mettre en place son réseau 5G sans Huawei

Cette scène en rappelle une autre. En 1996, Jacques Chirac n’avait pas su cacher son exaspération devant les services de sécurité israéliens alors qu’il profitait d’un bain de foule dans la Vieille ville de Jérusalem.

L’origine de ce coup de gueule présidentiel ? L’empressement des services de sécurité israéliens à empêcher Jacques Chirac et la population arabe venue à sa rencontre.