Emploi : 10 conseils pour garder un coup d’avance

Pas question de rester les bras ballants ou de faire le dos rond en attendant que la crise passe. Mieux vaut se placer dans les starting-blocks, prêt à relancer sa trajectoire professionnelle. Nos 10 conseils pour rester au taquet.

1. Faire savoir son savoir-faire

Rien de pire pour sa carrière que de bosser de manière ultraqualitative tranquille dans son coin sans jamais faire de bruit. Faire, c’est bien (et c’est la moindre des choses), mais faire savoir, c’est encore mieux. En cette période de crise, il est plus que temps de vous lancer dans le storytelling. Attention, pas question d’en faire trop au risque de passer pour un vantard. Non. Mais quand vous bouclez un dossier, que vous remportez un appel d’offres, que vous innovez sur un produit…

Partagez votre succès avec votre équipe bien sûr, mais aussi avec le reste de la boîte. Comment ? Via un petit post sympa sur le réseau social interne. Ou un mail (sans prendre le melon non plus) à tous. Proposez-vous également pour témoigner dans les outils de com interne. On recherche un speaker sur votre sujet de prédilection ? Hop, montez sur scène. Cette démarche présente un triple intérêt : elle vous rend visible, vous identifie comme un bon orateur, mais aussi comme une personne qui sait embarquer son équipe (eh oui, on réussit rarement seul).

2. Se former non-stop

Avant la crise, vous aviez le nez dans le guidon. Pour vous, se former revenait à avouer que vous n’étiez pas au niveau sur tel ou tel sujet. Bref, c’était «no way». «Pour rester employable et faire face aux transformations en cours et à venir, il faut désormais se former en permanence. Soit sur des compétences techniques, soit sur les soft skills, recommande Patricia Wendling, dirigeante du cabinet H/F Human Factor. Et surtout être fier d’affirmer “j’apprends tout au long de ma carrière”».

3. Updater son profil en ligne

Rien de pire qu’un profil LinkedIn mort-né ou sans activité récente. Mobilisez votre énergie pour l’enrichir quasiment au quotidien. Actualisez le titre de votre profil et la bannière juste à côté. «Depuis quelques mois, l’algorithme de LinkedIn valorise de mieux en mieux les pièces jointes. Donc glissez-y votre CV mis à jour. Si vous avez suivi des mooc, dites-le. Vous avez amélioré votre score au test d’anglais Toeic, précisez-le également… A chaque modification, vos contacts seront alertés. Un excellent moyen de se rappeler à leur bon souvenir», suggère Ana Fernandez, dirigeante d’Energycoaching et auteure, entre autres, d’Utiliser les réseaux sociaux pour trouver un emploi (Studyrama, 2019). De même, ne vous contentez pas de commenter ou de partager les posts des autres, publiez ! Osez raconter votre expertise, vos succès… et même vos galères.

4. Se faire recommander

«C’est toujours plus facile de demander des recommandations à son entourage professionnel quand on est en poste qu’une fois en recherche d’emploi, observe Patricia Wendling. Vos interlocuteurs ne se sentent pas sous pression, ils sont donc plus enclins à dire du bien de vous et de votre travail.» Du coup, c’est le moment de demander des recommandations à vos collègues et managers directs, mais aussi à des fournisseurs et des prestataires avec lesquels vous bossez régulièrement.

5. Féliciter les autres

Dans la presse ou sur les réseaux sociaux, vous apprenez une nomination, une promotion… bref, une bonne nouvelle pour les membres de votre réseau, eh bien, félicitez-les. «En plus de relever d’une bonne éducation, cela crée une nouvelle action sur votre profil en ligne et optimise donc votre référencement par d’éventuels futurs recruteurs. En outre, votre interlocuteur va se sentir valorisé et un peu redevable, argumente Ana Fernandez. Vous serez donc prêt pour une prochaine étape».

6. Partager ses “side expertises”

Vous êtes actuellement en poste, mais la crise vous donne des envies de reconversion professionnelle. Ou peut-être que le contexte économique vous y contraindra. Si vous envisagez une seconde vie dans la décoration d’intérieur, la food healthy ou quoi ou qu’est-ce, rédigez des posts sur LinkedIn qui montrent votre appétence pour telle ou telle activité annexe. Commentez par exemple une photo d’un bâtiment récemment rénové en soulignant la lumière phénoménale qui s’en dégage.

Partagez un article sur une nouvelle cantine bio… «Même si vous n’êtes pas encore architecte d’intérieur ou néo-restaurateur, cela signale déjà votre goût pour ce secteur, explique Patricia Wendling, du cabinet H/F Human Factor. Les professionnels que vous contacterez ultérieurement constateront que cette passion ne date pas d’hier et que vous mûrissez votre projet depuis un certain temps.»

7. Réseauter dans la vraie vie

Networkez au maximum de visu (en chair et en os, mais masqué bien sûr) et le moins possible par écran interposé ! Comme vous, la plupart des gens en ont assez de n’envisager les échanges qu’à distance. Donc reprenez contact avec d’anciens collègues, fournisseurs, prestataires… pour un café (à emporter, le cas échéant) avant de démarrer la journée. «L’idée est de prendre de leurs nouvelles. D’essayer de comprendre comment ils traversent cette crise. Ne leur envoyez pas votre CV, ne leur demandez rien pour le moment, conseille Patricia Wendling. Contentez-vous d’échanger et partager l’instant présent. Intéressez-vous à leur métier, à leur quotidien, faites-leur également des suggestions, proposez-leur des contacts.» Renouer en direct live vous permettra d’asseoir et de développer un réseau de plus en plus qualitatif.

8. Ne pas bouder les chasseurs de têtes

Certes, pour l’instant, vous vous sentez bien là où vous êtes. Mais on ne sait jamais… Si un chasseur de têtes ou un consultant en recrutement vous contacte pour un boulot, acceptez l’appel et l’échange. Profitez-en pour identifier les hard et soft skills attendues, le périmètre du poste proposé… Osez lui demander ce qui, selon lui, fait votre valeur ajoutée sur le marché. Bref, soyez proactif et cordial. Ne les ghostez pas. Si une autre opportunité se présentait à l’avenir et que vous avez été désagréable avec eux avant, ils ne penseront pas forcément à vous s’ils gardent le souvenir de quelqu’un de désagréable. Surtout pas en première intention. Donc, même si vous n’êtes pas mobile pour l’instant et/ou mégadébordé, montrez-vous courtois.

9. Bosser sur des projets transverses

L’idée est d’ouvrir vos chakras et de faire savoir que oui, vous êtes un super manager (par exemple) mais que vous êtes également capable de vous intéresser à d’autres sujets que votre «core business». Autre avantage à s’investir sur un projet interne transverse : vous élargissez votre réseau, donc votre cercle d’influence. Très utile pour aujourd’hui, mais surtout pour demain. Si un projet de transformation digitale, un groupe de travail QVT ou une cellule de réflexion sur un sujet d’avenir se mettent en place, faites donc savoir que vous êtes disponible pour y participer.

10. Bouger son corps

Pendant cette longue période de télétravail, vous n’avez pas vraiment respecté le dress code corporate ou vous vous êtes autorisé des grignotages qui ont fini par se voir à l’œil nu… «Si l’on veut être prêt pour rebondir professionnellement, il faut dès maintenant se reprendre et se préparer comme pour une compétition. Refaire du sport, marcher, courir… Peu importe. Et, bien sûr, s’habiller comme si on retournait tous les jours au boulot. Certes, des entreprises vont mal, mais il y a aussi des boîtes qui recrutent. Mes clients décrochent plein d’entretiens d’embauche. Les candidats doivent un peu se couper des mauvaises nouvelles, se mettre dans des dispositions positives, pour rencontrer les recruteurs, estime la coach Ana Fernandez. Et ça commence en étant en forme physiquement.»

Plus d'articles
Super Lig : le Togolais Adébayor marque son premier but avec le Kayserispor (vidéo)