En matière d’égalité de sexes, les femmes togolaises ont de quoi se réjouir

En matière d’égalité de sexes, les femmes togolaises ont de quoi se réjouirGrâce aux réformes juridiques qu’il y a eues en Droit de la famille au Togo, le célébrant du mariage est tenu d’informer les époux de leurs droits et devoirs.

Dans le cadre d’une formation récente destinée aux célébrants, le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D) a expliqué aux participants que le livret de famille, un document officiel que l’on reçoit lors du mariage, devait être remis aux deux époux.

Il y a seulement deux ans, le célébrant aurait remis le livret de famille au mari, en sa qualité de chef de famille. Mais, depuis 2014, la loi confère la fonction de « chef de famille » aux deux époux, instaurant davantage d’égalité entre eux.

Cette évolution a fait suite à diverses réformes juridiques qui vont dans le sens d’une plus grande égalité entre hommes et femmes. En 2012, le Togo a revu sa législation afin de permettre aux deux époux de choisir ensemble le domicile familial et de s’opposer légalement à ce que l’un ou l’autre travaille s’ils pensent que c’est contraire à l’intérêt de la famille. Avant cette réforme, c’était le mari qui choisissait unilatéralement le domicile et il pouvait même interdire à sa femme de travailler.

Pour véritablement promouvoir cette égalité des sexes dans la pratique, le GF2D entreprend de grands efforts pour informer les femmes de leurs droits conjugaux.




Plus d'articles
Pays-Bas : le public autorisé dans les stades de football