Le procureur de la République du Bénin près le tribunal de première instance de Cotonou n’y va pas de main morte pour mettre aux pas les citoyens indélicats en matière du « vivre ensemble ». Après la sanction exemplaire infligée à des pollueurs de l’environnement, il revient en charge contre les pollueurs sonore. Des mandats de dépôt viennent d’être décernés à 9 d’entre eux.

Au total, 9 présumés coupables de la pollution sonore ont été placés sous mandat de dépôt lors d’une audience tenue le jeudi 6 décembre 2018 au tribunal de première instance de Cotonou.

Ces personnes ont été interpellées par les éléments de la police républicaine suite aux mises en garde du procureur à l’égard des citoyens dont la nuisance sonore est un passe-temps favori. En effet, face au non-respect des horaires légaux fixés aux bar-restaurants et autres secteurs dont les activités générèrent du bruit, le procureur a décidé de mettre de l’ordre et de faire respecter les textes de la République.

Les descentes inopinées sur le terrain des éléments de la police républicaine ont été des plus fructueuses. Plusieurs équipements de sonorisation ont été ramassés et des promoteurs de bar-restaurants interpellés.

Suite à la présentation au procureur des fauteurs de troubles, 9 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt en attendant de répondre de leur entrave à la loi.

Il faut préciser que cette opération de salubrité sonore dans une ville aussi bruyante comme Cotonou n’est pas pour déplaire aux citadins. Les plaintes étant devenues légion.