Etats-Unis : Donald Trump annonce l’envoi d’agents fédéraux face aux violences dans les villes

Pour lutter contre la flambée de la violence dans les villes américaines, Donald Trump a dévoilé le mercredi 22 juillet 2020 un plan prévoyant le déploiement d’agents fédéraux dans plusieurs villes, une nouvelle étape dans la ligne dure adoptée par le président américain en matière de sécurité, en amont de l’élection présidentielle de novembre.

S’exprimant au cours d’un événement à la Maison blanche au côté de William Barr, l’Attorney General (ministre fédéral de la Justice), Donald Trump a présenté une extension de son programme “Opération légende”, qui prévoit le soutien d’agents fédéraux pour faire face aux violences, afin d’y inclure des villes comme Chicago et Albuquerque au Nouveau-Mexique. “Nous n’avons pas d’autre choix que de nous impliquer” en envoyant davantage d’agents fédéraux dans les “communautés américaines minées par les crimes violents”, a-t-il dit, mettant en avant le nombre croissant de personnes tuées dans certaines grandes villes des Etats-Unis. “Ce bain de sang doit s’arrêter. Il va prendre fin”, a ajouté Trump.

Melania Trump : ce non catégorique de la First lady à sa belle-fille Ivanka

 

Le programme inclut le déploiement d’agents de sécurité fédéraux pour soutenir les policiers locaux dans leur lutte contre ce que le département de la Justice a qualifié de “flambée” des crimes violents. Donald Trump a menacé plus tôt dans la semaine d’envoyer des agents fédéraux à Chicago, New York et d’autres villes, faisant craindre des actions similaires à celles aperçues à Portland, dans l’Oregon, où des agents en civil ont été accusés d’emmener de force des manifestants dans des camionnettes banalisées.

William Barr a tenté de différencier l’initiative de la Maison blanche de celle du département de la Sécurité intérieure visant à mettre fin aux troubles à Portland… Aux yeux des détracteurs, l’administration Trump essaie de détourner l’attention de sa gestion très critiquée de l’épidémie de coronavirus, l’une des raisons pour lesquelles le président républicain est donné derrière le démocrate Joe Biden dans les sondages en vue de l’élection du 3 novembre.

Cette initiative sécuritaire risque toutefois d’alimenter les tensions, déjà fortes, dans des grandes villes américaines depuis la mort de l’afro-américain George Floyd lors de son interpellation par la police de Minneapolis en mai. Lors d’un point de presse en fin de journée le mercredi, le président américain a déclaré attendre les appels des maires et gouverneurs. “Nous sommes prêts, disposés et capables d’intervenir avec force”, a-t-il déclaré.

 

Source : Reuters

Similaires