Le président américain, Donald Trump a présenté  jeudi 16 mai son projet sur l’immigration. Il entend désormais favoriser l’immigration au « mérite » plutôt que le regroupement familial. Mais les chances que son projet soit adopté par le Congrès sont bien minces.

C’est un plan qui prévoit d’assurer la sécurité à la frontière, de restreindre le droit d’asile et de réformer le système d’immigration légale. Il s’articule autour de deux objectifs essentiels. Le premier est de mettre un terme à l’immigration illégale et d’assurer la sécurité à la frontière ; le second est d’établir un système d’immigration légale qui protège les salaires américains, promeut les valeurs américaines et attire les meilleurs et les plus brillants à travers le monde.
Il permettra aux demandeurs d’asile légitimes de remplacer ceux qui déposent des demandes fantaisistes.



Actuellement 60 % des immigrés légaux entrent dans le pays grâce à leurs liens familiaux et seulement 12 % en raison de leurs compétences et le président veut inverser la tendance.
 
« Les Américains peuvent avoir une confiance totale : avec ce plan, la sécurité à la frontière sera totalement assurée », entame Donald Trump, avant d’ajouter « la dernière réforme importante de notre politique d’immigration légale a eu lieu il y a 54 ans. Donc, une réactualisation majeure s’impose ».

Une promesse récurrente du président, qui entend aussi réformer complètement le système d’immigration légale pour favoriser l’arrivée de travailleurs qualifiés.

« Sous les règles insensées du système actuel, on ne peut pas donner la priorité à un docteur, à un chercheur ou aux étudiants les mieux notés de leur classe. Nous discriminons les génies, nous discriminons les plus brillants. Nous ne le ferons plus quand ce projet sera adopté. Et on espère qu’il sera voté aussi vite que possible », a souligné Donald Trump.

« Si pour une raison ou une autre, on ne parvient pas à convaincre les démocrates d’adopter ce plan fondé sur le mérite et qui garantit une très grande sécurité, nous le ferons immédiatement après les élections quand nous aurons reconquis la Chambre, conservé le Sénat et, bien sûr, la présidence », a ajouté Donald Trump.

L’immigration était déjà un thème majeur de la campagne de Donald Trump en 2016. Elle le restera pour le scrutin de 2020.