Cinq milliards de dollars, c’est une amende record ! L’autorité de régulation fédérale américaine a également passé un accord à l’amiable avec Facebook, comme le révèle le Wall Street Journal. L’entreprise de Mark Zuckerberg va devoir améliorer ses règles de protection des données.

L’amende, la plus grosse jamais infligée aux États-Unis à une entreprise du numérique, devrait pourtant à peine égratigner la santé financière de Facebook.



55 milliards de chiffre d’affaires en 2018

Facebook est un mastodonte à la santé insolente, avec 55 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018, dont 22 milliards de bénéfices. C’est l’équivalent de la richesse annuelle d’un pays comme le Sénégal.

L’amende, déjà en partie provisionnée, est parfaitement soutenable. La Bourse américaine ne s’y est pas trompée ; elle a salué l’accord à l’amiable passé entre le réseau social et l’autorité de régulation fédérale, en faisant bondir l’action Facebook à son plus haute de l’année.

Les termes de l’accord n’ont pas été rendus publics. Le ministère de la Justice doit encore l’approuver, mais l’entreprise américaine devra donc se soumettre à certaines restrictions dans l’utilisation des données personnelles de ses utilisateurs.

Facebook sous le feu des critiques
Les spécialistes estiment que ces restrictions ne seront pas trop handicapantes pour Facebook.

Les données personnelles sont la matière première des réseaux sociaux, qui les revendent ensuite à des publicitaires pour cibler les consommateurs.

Lire sur CAN 2019 : les prévisions de Claude Le Roy !

Depuis le scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge Analytica en 2018, Facebook est sous le feu des critiques aux États-Unis et dans plusieurs pays.

Certains, comme le cofondateur du réseau Chris Hughes, appellent même au démantèlement de ce géant devenu surpuissant.

Avec Rfi