États-Unis : La Cour suprême révoque le droit à l’avortement ; Barack Obama déçu

Dans une volte-face historique, la très conservatrice Cour suprême des États-Unis a enterré ce vendredi 24 juin 2022 un arrêt qui, depuis près d’un demi-siècle, garantissait le droit des Américaines à avorter mais n’avait jamais été accepté par la droite religieuse.

Cette décision ne rend pas les interruptions de grossesse illégales, mais renvoie les États-Unis à la situation en vigueur avant l’arrêt emblématique “Roe v. Wade” de 1973, quand chaque État était libre de les autoriser ou non.

“La Constitution ne fait aucune référence à l’avortement et aucun de ses articles ne protège implicitement ce droit”, écrit le juge Samuel Alito au nom de la majorité. Roe v. Wade ”était totalement infondé dès le début” et “doit être annulé”.

“Il est temps de rendre la question de l’avortement aux représentants élus du peuple” dans les parlements locaux, écrit-il encore. Cette formulation est proche d’un avant-projet d’arrêt qui avait fait l’objet d’une fuite inédite début mai par le site Politico, provoquant d’importantes manifestations dans tout le pays et une vague d’indignation à gauche.

L’ancien président américain Barack Obama a d’ailleurs accusé la Cour suprême d’avoir “attaqué les libertés fondamentales de millions d’Américaines” ce vendredi.

“Aujourd’hui, la Cour suprême a non seulement renversé près de 50 ans de précédent historique, elle laisse également au bon vouloir des politiciens et idéologues la décision la plus personnelle qui soit”, a déclaré l’ancien président démocrate sur Twitter.

Similaires