Crédit Photo : WGLT

États-Unis : un Congolais réussit à se faire élire maire dans une ville du pays

Elu avec 38,7 % des voix, devançant ainsi son principal concurrent Mike Straza arrivé deuxième avec 1,8 % des suffrages, Mboka Mwilambwe, un Congolais né à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo est officiellement devenu le premier maire noir de Bloomington dans l’histoire de près de 200 ans de la ville. De nombreux membres de la communauté ont déclaré qu’il serait une source d’inspiration pour les générations futures.

A cet effet, M. Mwilambwe occupera les bureaux de l’actuel maire Tari Renner.  Linda Foster, présidente et le Dr Carla Campbell-Jackson, première vice-présidente de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) de Bloomington-Normal ont déclaré qu’elles seraient ravies de travailler avec le maire élu.

« Nous sommes vraiment ravies d’avoir quelqu’un de couleur qui représente la ville. Nous croyons que dans cette position, Mboka sera en mesure de faire de grands changements, de rassembler notre communauté et de permettre à nos jeunes de voir qu’ils peuvent être tout ce qu’ils peuvent être », ont-elles conjointement affirmé.

Par ailleurs, Mike Matejka, fondateur de “Not in our Town” à Bloomington-Normal, qui avait aidé Mwilambwe dans sa première campagne pour le Conseil municipal il y a près de dix ans a déclaré que Mwilambwe trouverait un moyen de travailler avec tout le monde.

Selon Mike Matejka : « Il est très attentionné. Il est très délibéré dans ce qu’il fait et il écoute bien et je pense qu’il est un bon symbole d’une communauté diversifiée. Mais (cela) nous parle aussi en tant que communauté et notre volonté d’accepter des personnes de divers horizons et de voir ces personnes avec leurs dons. Mwilambwe sera un modèle pour les générations futures ».

Notons que Mwilambwe est le plus jeune des sept rejetons de sa famille. En 1977, la famille de Mboka a déménagé à Abidjan (Côte d’Ivoire) où son père est devenu fonctionnaire de l’Unicef, une agence des Nations Unies spécialisée dans l’amélioration de la vie des enfants et des mères dans les pays en développement.

En 1983, la famille de Mboka a déménagé à Dakar (Sénégal), suivi d’un autre déménagement en 1988 à Brazzaville (République du Congo). C’est à travers ces expériences que Mboka a commencé à apprécier les différences entre tous les êtres humains et à apprécier ce que ces différences peuvent apporter à la table.

Plus d'articles
Sénégal / Covid-19 : le couvre-feu instauré à nouveau à Dakar