Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

>

Faire de l’alphabétisation, un levier de développement

Facebook
Twitter
WhatsApp

Il a été ouvert ce 10 mars et ce pour deux jours, un atelier régional du pôle de qualité inter-pays sur l’alphabétisation et les langues nationales.

Ils est co-organisé par le Ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation du Burkina Faso, l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique, le Conseil Régional pour l’Éducation et l’Alphabétisation en Afrique (CREAA) et le Ministère de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation.

Portant sur le thème « Promouvoir les programmes transnationaux d’alphabétisation : cas de l’alphabétisation/formation des populations nomades; les centres d’Éducation pour l’Intégration (CEI) », il découle du constat que selon l’UNESCO, plus de 700 millions d’adultes dans le monde sont analphabètes et plus des deux tiers sont des femmes.

Ainsi, au Togo, selon le Questionnaire Unifié des Indicateurs de Base du Bien-être (QUIBB) de 2015 indique que 33,8% des personnes âgées de plus de 15 ans sont touchées par le phénomène d’analphabétisme, malgré que l’alphabétisation soit un droit inaliénable de l’être humain, un moyen indispensable d’une participation efficace à l’essor économique de tout pays et à la réduction de la pauvreté.

Ce séminaire vise donc à amener les pays participants dont le Bénin, le Burkina Faso, le Gabon, le Niger, le Mali, le Nigeria, le Sénégal, le Tchad, le Zimbabwe et le Togo à s’approprier et à promouvoir les programmes d’alphabétisation novateurs puis à favoriser la coopération et l’intégration.

Les expériences qui seront partagées et les résolutions qui seront prises autour de ce thème permettront ainsi l’atteinte du deuxième objectif stratégique de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) qui est de développer et promouvoir des solutions africaines répondant aux besoins nationaux et régionaux en matière d’éducation et de formation.

Il y va du renforcement des compétences pratiques capables de valoriser la culture africaine, sa production afin de participer activement aux initiatives de concertation, d’intégration et de développement solidaire.