in ,

« F#ck you » : le message audacieux de la maire de Chicago après un tweet de Trump (vidéo)

Lori Lightfoot, maire de Chicago et première femme noire à la tête d’une grande ville des États-Unis, a fermement condamné les propos du Président américain sur les manifestants à Minneapolis après la mort de George Floyd. Lors d’une conférence de presse, vendredi 29 mai, elle lui a reproché d’attiser les tensions raciales et de tourner cette affaire à son propre intérêt politique.

Le policier accusé d’avoir tué George Floyd aurait fait l’objet de 18 plaintes, presque toutes classées sans suite

« Nous ne pouvons pas le laisser faire. Je vais “coder“ ce que j’ai vraiment envie de dire à Donald Trump, ce sont 2 mots. Ça commence par un F, ça se termine par un “you“ », a-t-elle déclaré.

L’édile de la troisième ville des États-Unis accuse le Président de vouloir donner un os à ronger à ses électeurs en condamnant la communauté afro-américaine, et juge ses propos « profondément dangereux ».

« Être noir en Amérique ne devrait pas être une condamnation à mort », a-t-elle poursuivi à propos de George Floyd, dont la mort a engendré des vagues de violentes protestations dans plusieurs villes du pays.

Mme Lightfood faisait ainsi référence au tweet du Président, lequel s’insurgeait contre les manifestants à Minneapolis, qu’il a qualifiés de « voyous », menaçant d’envoyer la Garde nationale. Il avait conclu par « quand le pillage commence, la fusillade démarre ».

Facebook refuse de supprimer les publications du Président Trump

Il s’agit d’une phrase prononcée en 1967 par un chef de police de Miami en réponse au mouvement afro-américain des droits civiques. Le slogan est jugé raciste aux États-Unis. Twitter a d’ailleurs épinglé le message, sans toutefois l’effacer, en signifiant aux utilisateurs qu’il contient des propos relatifs à « la glorification de la violence ».



SpaceX : voici pourquoi les astronautes ont emporté un dinosaure en peluche à bord (vidéo)

Nigeria : viol et meurtre d’une étudiante dans une église