Femme et développement durable

Femme et développement durableCe mardi 8 mars est célébrée la Journée internationale de la femme de par le monde.

Une occasion pour la Ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Tchabinandi Kolani-Yentcharé en prélude à cette journée spéciale, d’adresser un message pour appeler à l’égalité entre les hommes et les femmes.

Partant du thème international retenu cette année qui est ‘Planète 50-50 d’ici 2030 : franchissons le pas vers l’égalité des sexes’, la Ministre explique qu’il est « une interpellation par rapport à la persistance des inégalités homme et femme, et un rappel des engagements pris pour surmonter les obstacles qui empêchent les femmes de développer leur plein potentiel au même titre que les hommes. »

Pour elle, il s’agit d’une opportunité pour les Nations unies d’inviter « les décideurs et autres acteurs à redoubler d’efforts pour aller au-delà des mesures d’équité et d’égalité prises dans le cadre de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ; en vue d’atteindre une égalité effective des sexes dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable » ; à travers l’adoption des lois, politiques, plans d’actions nationaux et à opérer des investissements adéquats afin de répondre à cet impératif d’ici à 2030.

Abordant le thème national pour cette édition qui est ‘Droits égaux et opportunités égales pour un Togo émergent d’ici 2030’, pour la Ministre, il « est en cohérence avec les objectifs inscrits dans la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (Scape) et la Vision Togo 2030 qui visent entre autres à promouvoir la position sociale et le potentiel de la femme dans la famille et dans la communauté. »

Pour elle, « Aujourd’hui, nous pouvons donc constater au Togo, une bonne représentation des femmes dans toutes les catégories socioprofessionnelles, une amélioration substantielle du niveau d’éducation des filles dans de différents degrés d’Enseignement, une réduction appréciable du taux de mortalité maternelle (…) Nous ne passerons pas sous silence la présence de plus en plus remarquable des femmes dans de différentes institutions de la République où elles jouent efficacement leur rôle de leaders. »

Des résultats obtenus suite à plusieurs « mesures prises par le Gouvernement telles que la révision en 2012 et en 2014 du Code des personnes et de la famille ; l’adoption récente du Code pénal qui vient renforcer le code des personnes et de la famille dans l’incrimination des violences faites aux femmes et aux filles ; la révision du Code électoral qui prend en compte la parité aux postes électifs ; la loi portant aide juridictionnelle aux couches les plus démunies en majorité les femmes ; la mise en œuvre depuis 2010 de la Campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néo-natale(CARMMA) ; le développement des stratégies de développement aux microfinances avec le Fonds national de la finance inclusive, et la promotion de l’éducation de la jeune fille. »

Malgré ces avancées significatives, des défis tels que la persistance des obstacles d’ordre socioculturel et économique qui empêchent les femmes d’exercer pleinement leurs potentiels au profit du développement du pays restent à relever selon Mme Tchabinandi Kolani-Yentcharé.

Elle en appelle donc à une conjugaison des efforts pour y faire face.

Similaires