in

Fidelyo, la startup togolaise qui veut récompenser votre fidélité

Lancé en Juin dernier, Fidelyo permet aux commerçants de pouvoir récompenser leurs clients les plus fidèles. Aujourd’hui, la plupart des commerces dans les villes africaines notamment au Togo, ont une faible connaissance de leurs clients. Du coup, les clients les plus fidèles ne sont pas récompensés à leur juste valeur.

Sachant que généralement, 80% du chiffre d’affaires d’un commerce sont réalisés auprès de 20% de ses clients, cette méconnaissance de ces clients fidèles peut être un réel handicap sur des marchés où la concurrence devient de plus en plus forte avec la forte croissance de la classe moyenne.

Pour pallier à ce manque auprès des commerces de proximité, Fidelyo a mis en place une solution de fidélisation client qui répond à ce besoin et qui est adapté à l’ère numérique actuelle.

Fidelyo vient ainsi permettre d’une part aux commerçants de disposer d’un CRM pour gérer leur base de clients fidèles et faire du marketing ciblé et d’autre part aux clients de se faire récompenser pour leur fidélité. Les clients pourront acquérir la carte de fidélité Fidelyo auprès des commerces partenaires mais également sur le site web www.fidelyo.co.

La carte qui coûte 5000 F, offre aux clients des réductions allant de 10 à 40% auprès de divers commerces de Lomé et est valable un an.

Pour Aphtal Cissé, propriétaire du salon de thé partenaire Ginger and Spices, « Fidelyo nous garantit une base de données de clients assez satisfaisante. Nous sommes sûrs d’avoir une “flotte” de clients facilement atteignable grâce à elle. En plus, les avantages que Fidelyo offre aux détenteurs de sa carte font que nous pouvons tisser un excellent réseau de prestataires. La possibilité de suivre ses recettes constamment est également un avantage non négligeable. »




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Une fonctionnalité inédite sur le nouvel iPhone 12 Pro

Le coronavirus s’apprête à vivre «sa belle époque», alertent des chercheurs