in ,

Football : pourquoi la Superligue européenne est inévitable ?

Elle est imaginée, discutée, négociée depuis de nombreuses années, mais la Superligue européenne de football n’a jamais autant fait parler d’elle. En bien ou en mal. Officiellement, l’idée demeure à ce jour un simple projet dont les contours sont encore à définir. Pourtant, à en croire l’ex-président démissionnaire du Barça, Josep Maria Bartomeu, ce championnat fermé – ou semi-fermé – réservé à l’élite du ballon rond continental n’en est plus au stade embryonnaire. L’intéressé est formel : l’institution blaugrana a déjà donné son feu vert pour participer à la première édition de cette compétition nouvelle.

Évidemment, l’UEFA, garante jusqu’à présent des joutes footballistiques à l’échelle européenne, refuse de voir ce dessein aboutir. Son patron, Aleksander Ceferin, est lui-même dans le déni, jugeant « populiste » l’idée même de cette ligue. « C’est le rêve de deux ou trois clubs en Europe, estime-t-il. L’idée n’est pas très sérieuse… » D’aucuns la jugent même comme une menace, à l’image du récent candidat à la présidence de la Fifa et ancien Ballon d’or Luis Figo, qui y voit « la destruction annoncée du football tel qu’on l’aime ». Et pourtant, la révolution aujourd’hui paraît inéluctable.

En mars dernier, Andrea Agnelli, le président de la Juventus et de l’ECA, l’association européenne des clubs, admettait travailler à l’élaboration d’un système garantissant aux représentants de l’élite du football continental une protection de leur statut et de leurs revenus. Depuis, la crise sanitaire, devenue immanquablement une crise économique, n’a fait que renforcer ce désir ou besoin d’assurance porté par des acteurs historiques en grande difficulté tels que le Barça et la Juve. « Toutes les situations de crise génèrent des occasions de transformation. Comme un big bang », souffle au Parisien Vincent Chaudel, conseiller expert en communication et économie du sport.

Qui parmi les 18 ?

« Le contexte se prête à ce que les acteurs privés saisissent les opportunités, poursuit-il. L’association de grands clubs, de leur capacité de médiatisation, des joueurs talentueux… Si on leur dit, moi, je vous garantis X millions d’euros par saison, vous êtes plus enclin à écouter aujourd’hui qu’avant la crise. Avec Joao Felix, Neymar, Sadio Mané, vous pourrez toujours séduire les fans du monde entier. » D’autant que la Fifa, en sous-marin plus ou moins furtif, encouragerait elle-même ces fameux acteurs privés à bousculer l’ordre établi selon le New York Times.

Plus de relégation, une place bien au chaud parmi le gratin européen avec les meilleurs joueurs à l’œuvre et la garantie de voir des millions d’euros tomber à l’arrivée (la somme astronomique de 6 milliards est avancée !), le contrat est attractif pour les clubs il est vrai. Comme pour les futurs détenteurs de droits. Reste à savoir qui aura l’honneur d’en être. L’« European Premier League » dernièrement suggérée par Sky Sports comptait 18 membres pour un championnat suivi d’une phase à élimination directe. Le Real, le Barça, l’Atlético, Liverpool, Manchester United, le Bayern, la Juve et le PSG semblaient incontournables. Et ils sont nombreux à pouvoir ou vouloir prétendre aux 10 accessits restants.

source : sports.fr




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Elysée : le porte-parole Gabriel Attal va retrouver son compagnon Stéphane Séjourné

La fin de Lionel Messi les signes qui ne trompent pas !

La fin de Lionel Messi : les signes qui ne trompent pas !