A l’issue de la réunion des ministres africains des Finances, ayant le franc CFA en partage, et leur homologue français, Bruno Le Maire, ce jour, ce dernier, a assuré que son pays était ouvert à «une réforme ambitieuse» du franc CFA.

Par ailleurs, le ministre du président Macron, a souligné qu’il revenait aux Etats membres d’en décider.



Poisson-scie stylisé : l’histoire méconnue de l’emblème du franc Cfa

La stabilité des taux de change

Le Français a toutefois longuement énuméré les mérites de cette devise, alors que les pays d’Afrique de l’Ouest ont l’intention de se doter d’une monnaie l’année prochaine.

« La zone franc est un espace de stabilité et de prospérité », a assuré Bruno Le Maire.

« Elle permet à tous les États membres de travailler ensemble, d’être solidaires, de faire converger davantage les économies », a-t-il déclaré. « Être ensemble, ça protège ! C’est vrai pour les États de la zone franc et c’est vrai pour les États de la zone euro », a-t-il souligné.

Togo : la BAD recrute pour ces postes (11 octobre 2019)

Il a aussi qualifié d’acquis « fondamental » la stabilité des taux de change pour la zone franc « à un moment où l’on voit resurgir le risque d’une guerre des monnaies et des changes », rappelant aussi qu’il n’y avait pas d’inflation dans les pays membres.

Adoption à l’horizon 2020 d’une monnaie unique

Début juillet, le président Emmanuel Macron avait assuré que le sujet délicat de l’avenir du franc CFA pouvait être discuté « de manière apaisée » et « sans tabou ».

Liga : Et un nouveau record pour Messi !

Les quinze membres de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) – dont le Ghana – se sont mis d’accord fin juin pour l’adoption à l’horizon 2020 d’une monnaie unique – l’eco – qui sonnerait le glas du franc CFA dans cette région.

Avec Ouest-France