France / 150 ans de la 3e république : Marine le Pen discrédite la politique d’Emmanuel Macron

Un ton solennel pour préparer la présidentielle. Alors que la France célèbre ce vendredi 4 septembre les 150 ans de la Troisième République, Marine Le Pen prend Emmanuel Macron de court en publiant jeudi soir une vidéo où elle appelle à faire bloc face aux “tentations de sécession” et “aux forces de division et de dissolution”.

 

 

“La France glisse sur les voies d’une triste relégation politique et d’un déclassement économique sans précédent”, déclare notamment la présidente du Rassemblement national dans un message vidéo de trois minutes. La candidate malheureuse à l’élection présidentielle de 2017 estime que la France “est aujourd’hui victime de l’affaissement de l’État, du délitement de certaines de nos institutions et de l’abdication d’élites promptes à déléguer leurs pouvoirs à des autorités y compris étrangères“.

Jean-Marie Le Pen : ce week-end où tout a dégénéré entre ses filles

 

“Au moment où surgissent des revendications obscurantistes et avec l’islamisme des exigences de type théocratique, au moment où le débat est volontairement et artificiellement racialisé par des semeurs de discorde et jeteurs de haine au risque d’une guerre civile froide comme aux États-Unis. Jamais le message de notre République n’aura été si nécessaire”, soutient Marine Le Pen. “Face aux forces de division et de dissolution, c’est cette idée que nous devons faire vivre, faire grandir, faire triompher”, ajoute-t-elle.

 

Pour Matthieu Croissandeau, éditorialiste politique de BFMTV, la présidente du Rassemblement national se présente ici comme la principale adversaire à Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle de 2022. Tant sur la forme que sur le fond.

 

“Elle adopte un style très présidentiel. On se croirait dans la cour d’un bâtiment officiel et elle précède de quelques heures le discours du chef de l’Etat. On est à 20 mois de la présidentielle et elle installe déjà le duel entre elle et Emmanuel Macron”, observe notre éditorialiste. Une stratégie adoptée par Marine Le Pen pour se projeter sur l’avenir, mais aussi rompre une nouvelle fois avec l’héritage de l’extrême droite.

 

 

“Elle donne un cours d’histoire en déclarant sa flamme à la Troisième République, ça ne manque pas de selquand on sait que la vieille extrême droite française n’avait cessé de se battre contre la troisième avec le général Boulanger ou la crise du 6 février 1934″, analyse Matthieu Croissandeau, avant de poursuivre : “Après avoir réhabilité l’État la voilà qui réhabilite aujourd’hui haut et fort les valeurs républicaines avec une idée derrière la tête : si elle est républicaine alors il n’y a plus besoin de front républicain qui lui a fait barrage au second tour en 2017.

FC Barcelone / Affaire Messi : le père du joueur se prononce sur l’avenir de son fils

 

Emmanuel Macron a pour sa part défendu au Panthéon les valeurs de la République en déclarant n’admettre “aucune aventure séparatiste”. “Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe”, a-t-il déclaré en précisant qu'”un projet de loi de lutte contre les séparatismes sera présenté dès cet automne”.

 

source : bfmtv.com

Platinium Card BAT

Phone Promo TG

Golden Tulip Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Real Madrid : les 4 indésirables de Zinedine Zidane