Après le Béninois Jules-Armand Aniambossou, c’est son compatriote Wilfrid Lauriano do Rego qui a été choisi par le président français Emmanuel Macron pour être à la tête du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), rapporte Jeune Afrique ce jour.

Le poste était vacant depuis la nomination de M. Aniambossou, ami de longue date du chef de l’État, français au poste d’ambassadeur de France en Ouganda.



Wilfrid Lauriano do Rego a été choisi pour devenir le nouveau coordonnateur du Conseil présidentiel pour l'Afrique (CPA) d'Emmanuel Macron. © YouTube/Jeune Afrique
Wilfrid Lauriano do Rego

Wilfrid Lauriano do Rego, 59 ans, est consultant et membre du conseil d’administration de KPMG France. Spécialisé dans le domaine des énergies renouvelables, ce diplômé de l’université de Dakar et de l’ESCP a fait carrière dans le conseil en fusion-acquisition, en particulier dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures.

Lire aussi : Togo : le Président Faure Gnassingbé à Abidjan ce vendredi, les sujets au programme

Se rapprocher des diasporas africaines

Outre ce nouveau coordonnateur, cinq nouveaux membres font leur entrée au CPA. Il s’agit d’Aché Coelo, sociologue et réalisatrice franco-tchadienne de 33 ans, de Mbaye Diallo, professeur des universités sénégalais de 38 ans, de Patrick Fandio, journaliste d’origine camerounaise de 44 ans, de Florelle Manda, journaliste d’origine congolaise et sénégalaise de 39 ans, et de Bourry Ndao, entrepreneuse sénégalaise de 41 ans. Ils remplaceront Elisabeth Gomis et Karim Sy, appelés respectivement à de nouvelles fonctions au sein de la saison culturelle « Africa 2020 » et de l’initiative « Digital Africa ».

Ce remaniement au sein du CPA, dont on assure à l’Élysée qu’il est « naturel » puisque « cette structure a toujours été appelée à évoluer », a pour objectif de servir l’ambition d’Emmanuel Macron de s’appuyer davantage sur les diasporas africaines pour construire une « nouvelle relation » entre la France et les pays africains. « Le CPA a été créé pour concevoir et mettre en œuvre le discours de Ouagadougou en 2017. Cela reste un enjeu central, mais nous souhaitons aussi construire une relation privilégiée avec les diasporas établies en France », explique-t-on à l’Élysée.

Lire aussi : Swaziland : un concours de sorcellerie annulé par le Gouvernement, la raison évoquée

Ce CPA reconfiguré est également appelé à jouer un rôle dans la préparation de deux grandes échéances à venir en France en 2020 : le sommet Afrique-France, qui se tiendra en juin à Paris et Bordeaux, et la saison des cultures africaines « Africa 2020 », qui aura lieu de juin à décembre à travers tout le territoire français.