France : Bonne nouvelle pour l’aide-soignante béninoise menacée d’expulsion

C’est un soulagement immense pour Lydia Veyrat. Cette aide-soignante béninoise, employée en CDI dans un Ehpad d’Isère, va pouvoir obtenir un titre de séjour lui permettant de rester en France, ont annoncé vendredi 27 novembre Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté, et Olivier Véran, ministre de la Santé.

“Je suis libérée ! Je vais pouvoir rester avec mes résidents [de l’Ehpad] et mes collègues, donner le meilleur de moi-même. Je vais continuer à me battre aux cotés de mes collègues dans cette crise sanitaire”, a-t-elle confié à InfoMigrants, quelques heures après l’annonce, encore sous le coup de l’émotion.

“Que je travaille en France, c’était le rêve de mon mari et il va pouvoir se réaliser.”

Mariée à un Français avec qui elle a vécu pendant 20 ans au Bénin, Lydia Veyrat est arrivée en France en mai 2019 après la mort de son époux. Le couple avait prévu de venir s’installer dans l’Hexagone pour des raisons médicales, Monsieur Veyrat étant très malade. Cet ingénieur en électricité n’a malheureusement pas eu le temps d’arriver en France et est mort dans son pays.

De son côté, Lydia Veyrat – qui avait déjà quitté son emploi d’infirmière au Bénin pour s’installer en France – a décidé de venir seule en Savoie afin de régler la succession de son mari. Elle a rapidement trouvé un emploi d’aide-soignante et avait signé un CDI dans un Ehpad en octobre dernier.

Pourtant, son renouvellement de titre de séjour a été refusé et la soignante a reçu une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), au motif, notamment, qu’elle ne serait pas assez intégrée à la société française.

Le recours déposé par son avocat Me Didier Besson devant le tribunal administratif de Grenoble avait été rejeté lundi.

Découragement

“Mme Veyrat commençait vraiment à se décourager. Moi, je lui disais de tenir bon car je voyais l’ampleur de la couverture médiatique de l’affaire”, a-t-il déclaré à InfoMigrants.

Selon lui, “c’est vraiment le fait que Mme Veyrat soit soignante qui a débloqué les choses”. “J’ai d’autres cas de personnes [dans la même situation] qui sont aberrants” mais qui ne reçoivent pas de réponse favorable, souligne le conseil.

“Les services de la préfecture de Savoie prendront l’attache de Madame Guinnou veuve Veyrat aujourd’hui pour formaliser cette décision”, affirme le communiqué commun de Marlène Schiappa et d’Olivier Veran,

Didier Besson, lui, dit s’attendre à ce que la préfecture “traîne la patte comme d’habitude”. “Il manque toujours un papier, après ils nous renvoient sur leur site. Il faut parfois que j’accompagne des personnes à la préfecture pour qu’ils acceptent d’enregistrer leur dossier”, déplore-t-il. “Mais là, ils ne vont pas voir le choix, ils vont devoir plier.”

Avec InfoMigrants

Plus d'articles
Gambie : vers un retour de Yaya Jammeh ? la réponse de Banjul