France : le gouvernement cède sous la pression des gilets jaunes

Les gilets jaunes ont fini par faire plier le gouvernement, pour le moment. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mardi 04 décembre la suspension pour six mois de l’augmentation des tarifs de l’énergie.

Les Gilets jaunes aux prises avec la police à Paris

Ainsi, la hausse de la taxe carbone, la convergence diesel-essence et la hausse du gazole pour les professionnels sont suspendues pour une durée de six mois.

«Trois mesures fiscales devaient entrer en vigueur le 1er janvier prochain: la hausse de la taxe carbone sur l’essence, le fioul et le diesel, la convergence de la taxation du gasoil sur l’essence et l’alignement de la fiscalité du gasoil pour les professionnels avec celle appliquée aux particuliers […]. Je suspends pour six mois l’application de ces mesures fiscales», a-t-il déclaré.

Il a également souligné qu’aucune taxe ne méritait «de mettre en danger l’unité de la nation».

«Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas voir ni entendre cette colère. Je l’entends et j’en mesure la réalité, la force et la gravité. C’est la colère de la France qui travaille dur et qui peine à joindre les deux bouts», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a dit avoir entendu les demandes des «gilets jaunes»:

«Les Français qui ont enfilé en gilets jaunes veulent que les impôts baissent et que le travail paye: c’est aussi ce que nous voulons. Si je n’ai pas réussi à l’exprimer, si la majorité a peiné en convaincre les Français, c’est que je dois et que nous devons changer quelque chose.»

Il est à noter que d’après la décision du gouvernement français qu’Édouard Philippe vient d’annoncer, ces mesures fiscales gelées pour six mois entreront en vigueur le 4 juin 2019, cela veut dire neuf jours après les élections au Parlement européen qui auront lieu entre le 23 et le 26 mai 2019.

Platinium Card BAT

Phone Promo TG

Golden Tulip Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
« J’ai vécu des pressions, j’ai eu une maladie…», l’actrice Khalima Gadji se confie