Crédit photo : huffingtonpost

France / Mosquée incendiée : les fidèles parlent d’un « acte volontaire »

L’incendie qui a eu lieu à la mosquée Arrahma, dans les quartiers Nord de Nantes dans la nuit de jeudi à vendredi ne serait pas un accident. Selon la plupart des fidèles de ce lieu de culte, l’acte serait plutôt volontaire. L’une des portes donnant accès au lieu de culte a été entièrement calcinée. À l’intérieur de la mosquée, les dégâts ne sont pas si considérables. Aucun blessé n’a tout de même été enregistré dans cette situation.

Les pompiers interviennent à 3 heures du matin

La police et les soldats du feu ont fait leur apparition sur les lieux à 3 heures du matin selon les précisions qui ont été apportées par certains fidèles. Malgré cette situation intervenue quelques temps seulement avant le début du Ramadan, le bâtiment est resté accessible au public. Alors que certains sont curieux de voir ce qu’est devenu l’édifice religieux après le passage du feu, d’autres viennent faire un recueillement pour la prière.

Un acte prémédité selon les fidèles

La thèse d’un acte prémédité est celle qui est privilégiée par les fidèles de cette mosquée. « Les poubelles d’habitude rangées derrière ont été déplacées jusque devant la porte. Le feu a été mis volontairement, c’est évident. On est tous désolés, on ne comprend pas… On ne fait de mal à personne ! », a déploré Mohamed Ben Belgacem, l’un des administrateurs de la mosquée. Une plainte a déjà été déposée par les responsables de la mosquée dans l’après-midi de ce vendredi 9 avril. Ils expliquent qu’il n’y a eu aucun différend avec leurs voisins.

Avec lanouvelletribune.info

Plus d'articles
Togo : Bonne nouvelle pour les passionnés du numérique