France : un homme confondu avec un homonyme doit prouver qu’il n’est pas mort

Avoir un homonyme n’est pas chose facile. Raymond Schmitt l’a appris à ses dépens. Alors que son homonyme est véritablement mort, le Mosellan de 93 ans est aux prises avec l’administration française pour prouver qu’il est bel et bien en vie. Raymond Schmitt n’a découvert l’erreur de l’administration qu’en voulant refaire ses papiers suite à un cambriolage subi en juin dernier. La préfecture lui a répondu que ce n’était pas possible. 

La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j’étais mort, raconte-t-il. J’ai dit ‘mais qu’est-ce que c’est que ça?’. Ça fait un choc quand même !“, reconnaît le nonagénaire.

Le fils du nonagénaire a aussi eu sa part d’ébahissement également lorsqu’il a reçu un mail de la préfecture lui apprenant la mort de son père. “J’ai tout de suite appelé mes parents parce que j’ai eu peur, souffle-t-il. C’est mon père qui a décroché, j’ai dit, ‘Ah, tu es là ?’ Il m’a demandé ‘Pourquoi ?’, je lui ai dit : ‘Parce que la préfecture vient de me dire que tu étais mort’. Il m’a répondu : ‘Écoute, on va faire tout de suite un trou !’. Ah ça, il ne perd pas son sens de l’humour, il en rigole !”

En fait, la préfecture a confondu les deux hommes en voulant déclarer la mort de l’homonyme en question décédé il y a quelques années. Cependant, elle a fait erreur sur la personne, cause de cette situation ubuesque. Et il y a de quoi : le défunt est né le même jour et la même année que le Mosellan. 

Heureusement, la curieuse affaire est sur le point d’être conclue, le fils de Raymond Schmitt ayant fait le nécessaire. Il a envoyé les documents destinés à prouver que son père était toujours vivant. 
D’après Franceinfo, il y avait entre autres “un certificat de vie” délivré par la mairie de la commune où vit son père. “De toute manière, le bon Dieu ne veut pas encore de moi, le diable non plus”, a indiqué Raymond Schmitt, philosophe.

Plus d'articles
Singuila : quand Emma Lohoues confie ses “problèmes de cœur” au docteur Love (vidéo)