Les autorités ghanéennes ont annoncé l’arrestation d’une centaine de personnes soupçonnées de préparer des actes terroristes et criminels, rapporte nos confrères d’Afreepress ce jour.

RDC : la sœur jumelle de Joseph Kabila à la tête d’une commission parlementaire stratégique



Une opération de sécurité conjointe de lutte contre l’insécurité dénommée “Koudanlgou III”, menée dans la zone frontalière entre le Togo et le Ghana a permis d’arrêter 170 personnes près de la frontière Togo-Ghana, informe le ministre ghanéen de la Sécurité nationale, Albert Kan-Dapaah dans un communiqué.

« Certains des suspects ont été arrêtés en possession d’armes illégales. Au total, 108 fusils artisanaux et armes étrangères à un ou deux canons sans aucun document justificatif valable, ont été saisies » poursuit le communiqué.

CEDEAO : John Dramani Mahama exhorte le Nigeria à ouvrir ses frontières

Selon la source, “Koudanlgou III”, dont l’objectif est de « lutter contre le terrorisme, le banditisme et la criminalité transfrontalière » est une vaste opération qui mobilise les forces de défense et de sécurité des deux pays frontaliers.

La phase 2 de cette même opération de sécurité conjointe menée par le Burkina, le Bénin, le Ghana et le Togo qui s’est déroulée du 15 au 18 mai 2018 avait permis d’arrêter 202 personnes, dont certaines soupçonnées de terrorisme, conclut la source.

*Image d’illustration