L’affaire des conteneurs disparus en avril dernier continue de faire tomber des têtes. Ce mardi 21 mai, c’est le vice-président de la République et le ministre d’État aux Forêts et à l’Environnement chargé du Plan climat qui ont perdu leurs postes.

En effet, dans un décret du chef de l’État lu par le secrétaire général de la présidence, Jean-Yves Teale,  il a acté le limogeage de deux poids lourds de l’exécutif : le vice-président gabonais, Pierre Claver Maganga Moussavou, et le ministre des Eaux, des Forêts et de l’Environnement, Guy-Bertrand Mapangou sans autres explications à la suite.



Lire aussi : Mise en œuvre du projet #EAWA de l’USAID au Togo : FHI360 recrute (21 mai 2019)

Pour rappel, cette affaire de trafic du Kevazingo au port d’Owendo est partie du fait que plusieurs containers, environ 350, contenant ce bois rare dont l’exportation est réglementée au Gabon, ont mystérieusement disparu du port alors qu’ils avaient été saisis et entreposés. Cette affaire rocambolesque a déjà coûté leur place à plusieurs hauts fonctionnaires de l’État et vient d’en coûter aussi à deux poids lourds du gouvernement. Des sanctions qui révèlent sans aucun doute à quel point la plaie de la corruption a gangrené l’administration jusqu’au sommet de l’État. Les prochains jours pourraient voir d’autres têtes tomber ou des poursuites judiciaires.

Le portefeuille des Forêts et de l’Environnement est désormais rattaché directement à la primature.

Miss Togo 2019